ANGELA DAVIS : "CONDOLEZZA RICE ET COLIN POWELL ÉTAIENT DES PIONS PLACÉS LÀ POUR REMPLIR LE QUOTA DIVERSITÉ" - par #Diesemag

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

 

Angela Davis

Le 17 Mars, #Diesemag a consacré un entretien à l'emblématique Angela Davis pour la sortie en France du film de Shola Lynch « Free Angela Davis and All Political Prisoners ».

Angela, c’est une icône, une légende vivante, « un symbole de la résistance et du pouvoir, des femmes, des Noirs » pour citer la réalisatrice Shola Lynch. Pour les non initiés, sachez qu’Angela Davis fut aux côtés de Malcom X et Martin Luther King, une grande figure de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis.

« Free Angela Davis and All Political Prisoners » sort le 3 avril – en même temps qu’aux Etats-Unis pour une fois ! – et retrace l’engagement politique et le combat social d’Angela Davis. Le documentaire revient sur la période où elle fût traquée par le FBI et emprisonnée, victime d’une machination politique. C’est le témoignage d’une éternelle insoumise.

Entretien avec Angela

Angela est « Fierce », elle pique, elle ne pratique pas la langue de bois ! Elle débute avec un discours sur son parcours, ses idées, son constat… Et son combat pour les droits civiques mais aussi en faveur du droit des femmes et des prisonniers politiques. Ensuite, à chaque question posée, Angela répond avec générosité.

Elle balance tout haut les inégalités pratiquées et inavouées par les principaux protagonistes, certains d’entre eux peut-être même assis dans la salle remplie de 50 privilégiés. D’où le malaise palpable lorsqu’elle répond à une question sur la situation du racisme en France en déclarant « bon courage » car la France est un état colonial et la lutte va être très dure car ici le racisme est moins flagrant, beaucoup plus institutionnel et latent. Les coupables en sont moins identifiables. A ce moment là, il y avait ceux qui applaudissaient et ceux qui ne comprenaient pas du tout ce qu’elle voulait insinuer.

En clair, Angela est une indomptable dotée d’un franc parler, d’une intelligence redoutable et d’une culture remarquable.

Autre moment fort lorsqu’elle déclare que « la Palestine est la plus grande prison à ciel ouvert du monde ». Ou encore lorsqu’elle explique pourquoi sa participation à l’émancipation des femmes est venue plus tard « Dans les mouvements féministes des années 70′s, ces femmes étaient trop bourgeoises pour moi, en grande majorité elles étaient blanches et se battaient pour le droit du travail et l’avortement. Les Noires avaient déjà un travail, mais comme domestiques… Ma conception du féminisme est celle d’une volonté d’émancipation qui dépasse les frontières établies. Les questions de sexualité, de race, de classe et de genre sont tous intimement liées. »

Lorsque nous lui demandons « Quels conseils as-tu pour la jeune génération militante? Comment sensibiliser plus de monde dans la vie citoyenne, et les engager dans les causes, ne plus être passifs, observateurs, victimes », elle nous lâche un sourire (Grillé! Oui Angela on intériorise du mieux que nous pouvons mais on est archi-fan, on en peut plus là, on se retient alors qu’ on a envie de pleurer d’émotions !!!)… Elle répond tranquillement « à vous d’être innovateur face à votre époque! »

Autre question : « Une élite noire se forme en France, de plus en plus de publications et de débats sur la présence africaine en Europe surgissent. Certains intellectuels émettent l’idée que le modèle américain n’est pas applicable en France car les deux pays n’ont pas la même histoire. Aussi ils considèrent que le mot « race » n’est pas approprié alors qu’il est fréquemment employé aux Etats-Unis. Peut-on importer le modèle américain dans la lutte contre le racisme en France? » Ce à quoi Professeur Davis répond « Chaque outil est utile quelque soit son origine. Il inspire, il dynamise, il stimule… il y a des bonnes initiatives partout à travers le monde. Il est bon de pouvoir s’en inspirer ».

Enfin, nous enchaînons avec « Il y a quelques années, vous avez prononcé un discours célèbre sur le multiculturalisme sous Bush. Vous disiez préférer un blanc libéral à un noir qui soutient le gouvernement Bush, référence à Condolezza Rice et Colin Powell qui pour vous étaient des pions placés là pour remplir le quota diversité tout en servant l’impérialisme et le capitalisme américain. » Ce à quoi elle ne répond pas vraiment mais établit plutôt un constat.

Vous l’aurez compris, il est difficile de résumer une heure de conférence avec une telle source d’inspiration, mais si nous devions retenir l’essentiel, c’est que le savoir est notre arme et l’unité sera notre issue. Il faut rassembler les causes et les forces, converger vers une même direction. Et surtout continuer de s’enrichir, d’apprendre, de savoir, pour mieux agir et combattre l’organisation dirigeante. Il faut unir son savoir et ses forces pour combattre les discriminations dans leur globalité…

Source : diesemag.com

----------------

Angela Davis : Conférence exceptionnelle à la Sorbonne Nouvelle

 

Angela DAVIS, Distinguished Professor Emerita, History of Consciousness Department, Humanities Division, Feminist Studies Department at the University of California, Santa Cruz.

source: 

http://epresence.univ-paris3.fr/1/watch/252.aspx

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article