Arts Martiaux Noirs (Part 2): Lawon'n Danmyé

Publié le par Munsa Mâga

LAWON'N DANMYE



En boxe on parle de ring, en judo en parle de tatamis et en danmyé de ronde (lawon'n). Ce sont les aires de délimitation du combat. Au danmyé, il s'agit d'un cercle tracé au sol et le plus souvent délimité par les spectateurs. C'est là que se succèdent, selon un ordre précis, les combats.

Tout d'abord, en début de session, les jeunes majors et les anciens. Les premiers venus essayer leur force.


Puis vient le danmyé sérieux. Grands affrontements organisés à l'avance ou fortuits entre majors.

Enfin, mais la chose est de plus en plus rare, arrive "lawrencium point du jour". Combat au petit matin (3h ou 4 h), elle oppose des majors "enragés" et prêts à tout.


C'est souvent à ce moment-là que se déroule le "lad plan mon" : lagan de la mort immortalisé par le livre de Joseph Zobel.
DANMYE ET CADENCE
Dire que musique et combat sont étroitement liés dans le dandysme, est un euphémisme. Ici, tout le corps doit marquer le rythme de la musique. Selon les situations, ce "marquage" de cadence se manifeste de la part du combattant par un mouvement accentué du tronc, des jambes ou de la tête. La cadence nécessite d'être "au son", c'est-à-dire respecter les temps forts.

Elle implique aussi une capacité de "jouer" avec les autres éléments de la musique que sont : les temps intermédiaires, les syncopes, ou les silences.

L'expression de ces paramètres donne la cadence sur place, en déplacement et en combat: aucune place laissée au hasard. Au damié, il n'y a pas de mouvement inutile: tout mouvement, tout geste, même celui qui peut paraître le plus anodin, prépare ou développe une attaque ou une défense.


Il existe 3 types de Damié

Le damié libre : tout le monde y est convié c'est un moment de fête, de défoulement.
Le damié ouvert : organisé par AM4, il est plus orienté vers ceux qui savent le danser sur la plage.
La ronde damié : s'adresse qu'au véritable lutteur. On y trouve de véritables majors, mais il reste un mode fermé.

PRATIQUE DU DANMYE

 

 

Commenter cet article