Cameroun: Le capitaine Guerandi à la diaspora camerounaise

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

16 février 2011 

Capitaine Guérandi Mbara G.

 

 

  Chers Compatriotes de la Diaspora camerounaise,

 

215214

Il y a quelques mois, je me suis adressé à vous pour un appel à l’unité, une unité dans l’action. Une nécessité liée à des faits qui marquent, à coup sûr, une rupture dans l’histoire de notre pays : la commémoration des cinquantenaires de l’Indépendance et de la Réunification du Cameroun ; la fin d’un cycle politique [(fin de règne de M. Paul Biya au pouvoir depuis le 6 novembre 1982 (29 ans), après le règne de M. Ahmadou Ahidjo de 1960 à 1982.] ; l’élection dans quelques mois du prochain président de la République (dans des conditions toujours antidémocratiques alors que la majorité des citoyens revendiquent des élections transparentes, justes et démocratiques visant une alternance politique pacifique) ; la revendication par les Camerounais de la Diaspora de leur participation citoyenne au choix des dirigeants de leur pays en usant de leurs droits de vote et leur aspiration à la double nationalité ; les économies africaines qui ont accru leur extraversion matérielle et culturelle par des facteurs tels que les migrations définitives ou provisoires, la circulation internationale des cadres, des enseignants et des chercheurs ; l’augmentation inévitable au cours du 21e siècle des migrations nationales et internationales, en raison des déséquilibres démographiques et économiques entre les pays riches et les pays pauvres et de la révolution des transports…

 

Le dernier fait marquant, et non le moindre est lié à l’actualité récente : les peuples africains ne veulent plus subir les diktats de leurs dirigeants et de leurs soutiens extérieurs. Et les exemples de la Tunisie et de l’Egypte montrent à suffisance à quel point, quand un peuple se met debout pour défendre sa dignité, rien ne peut l’arrêter. Ben Ali et Hosni Moubarak ne sont que les derniers prototypes des dictateurs qui sont jetés à la poubelle de l’Histoire, permettant ainsi aux peuples tunisien et égyptien de réaliser leur révolution démocratique.

Qu’en est-il du Cameroun qui aspire à « sa » révolution démocratique ?

 

Depuis quelques mois, la situation s’est aggravée au Cameroun et c’est pour apporter une réponse appropriée à cet état de fait que je réïtère ici mon appel à la Diaspora patriotique et militante camerounaise.

Certains parmi vous, des Patriotes, il va sans dire, ont initié des formes multiples de lutte dans le but de participer aux actions citoyennes pour libérer le Cameroun. Qu’ils en soient félicités et encouragés dans cette noble mission de libération véritable.

Permettez-moi de renouveller ici ce que j’avais déjà énoncé il y a quelques mois. Stratégiquement, la Diaspora doit ambitionner, encore plus qu’avant, par une vaste offensive politique, diplomatique, financière et médiatique (communicationnelle), de mobiliser les Camerounais de par le monde pour se joindre à l’action salvatrice de la Refondation du Cameroun et de porter à l’attention des opinions publiques nationales et internationales, le drame vécu par le peuple camerounais, en plus de participer à l’exécution du projet alternatif de société pour parvenir à la modernité.

Cet objectif global qui est une émanation authentique des Camerounais de l’extérieur, se décline cependant en trois autres plus spécifiques :

1.- Se mettre au service du Peuple camerounais en sensibilisant et mobilisant les citoyens capables de mettre leurs savoirs et capacités au service de leur pays dans tous les domaines pour la Libération véritable du Cameroun.


2.- Mobiliser les Citoyens de la Diaspora camerounaise pour refonder la République et légitimer l’Etat en construisant les bases démocratiques pour un pouvoir légitime ; en édifiant un Etat de droit moderne et stable en le plaçant sous les valeurs sacralisées ; en participant au processus de la Réconciliation nationale et de la construction des Etats-Unis d’Afrique.

3.- S’organiser pour représenter les Camerounais auprès des pays d’accueil et des institutions internationales afin de défendre leurs intérêts.


Pour la réussite de ces objectifs patriotiques, il est impératif de mettre sur pied une stratégie comprenant une politique de relation publique et un organe viable de communication. La Diaspora doit compter sur:

1.- Des actions politiques, diplomatiques en répertoriant les ressources humaines; en constituant les réseaux locaux en mesure de défendre leurs objectifs; en élaborant et en défendant les plaidoyers pour faire comprendre aux institutions et sociétés civiles de leurs pays d’accueil respectifs toutes les situations vécues par les Camerounais ; en faisant connaître la réalité de la situation multidimensionnelle du Cameroun.

2.- Une politique de communication efficace par une stratégie de relation publique éprouvée, une utilisation de tous les médias disponibles de porter la voix de la Diaspora et une sélection experte de professionnels de la communication.

3.- Une mobilisation des ressources par la tenue d’une banque de données concernant nos compatriotes émigrés et leurs expertises, la sensibilisation des compatriotes sur le bien fondé des objectifs poursuivis, et la mobilisation des ressources financières et matérielles.

Le plan d’actions que je suggère (propose ?) pour atteindre ses objectifs, est que la Diaspora organisée, pourra ainsi utiliser toutes les ressources et facilités technologiques qu’offre la modernité contemporaine pour se battre avec les armes politiques, diplomatiques, financières et médiatiques contre toute adversité qui maintient le peuple camerounais dans la dépendance, l’obscurantisme et la paupérisation.

Il s’agit de se battre de façon conjointe et déterminée sur les plans politique, diplomatique, économique et médiatique:

1.- Rendre publics les accords unilatéraux imposés par le pacte colonial.

2.- Manifester contre leurs forfaits devant leurs ambassades à travers le monde.

3.- Manifester contre leurs actions devant les ambassades des autres pays influents à travers le monde.

4.- Exposer les manipulations néocoloniales aux organisations internationales.

5.- Exposer une vision salutaire de notre Lutte de Libération pour le Cameroun.

6.- Tisser des relations de partenariat avec d’autres organisations ciblées de la société civile sur le terrain au Cameroun et dans le monde afin de travailler en tandem. Le but de ces relations sera de coupler de façon complémentaire les actions de la Diaspora à celles au Cameroun et dans le monde.

Les décisions stratégiques et opérationnelles résulteront au cas par cas du consensus de débats internes du leadership. Au cours de ces débats seule la force des arguments primera.

Pour réaliser les actions, les organisations et les membres de la Diaspora camerounaise doivent créer un cadre fédérateur de toutes les énergies extérieures du peuple camerounais à travers ses sensibilités.

À ce titre,

  - les associations de la Diaspora camerounaise doivent s’organiser au-delà des regroupements ethniques pour leur donner une capacité d’influence politique, économique et financière.

  - La Diaspora patriotique doit également se donner une structure de logistique franchisée et décentralisée où chaque groupe identifié conservera une autonomie d’action, mais travaillera conjointement et en collaboration avec les instances dirigeantes de l’organe fédérateur. Cette approche décentralisée minimisera de beaucoup les coûts de la logistique et augmentera l’efficacité de la Diaspora.

   - Enfin, l’engagement patriotique de la Diaspora camerounaise doit se matérialiser par une discipline sans faille et une détermination en synergie avec les forces vives à l’intérieur du pays, car le Front intérieur a besoin du Front extérieur comme le Front extérieur a besoin du Front intérieur. C’est un préalable à toute victoire durable sur les tenants de la dictature, de l’inertie et de l’obscurantisme au pouvoir à Yaoundé.

En conclusion, au regard de la situation vécue par l’émigré, l’exilé politique et l’activisme salutaire des Patriotes de la diaspora camerounaise, des enseignements peuvent être tirés:

1) La fédération des structures visant la défense des intérêts légitimes des Camerounais de l’extérieur. La mise en place d’un système d’alerte dans la diaspora visant à sécuriser les Patriotes.

2) La sensibilisation des organisations de défense des droits humains dans les pays d’accueil des exilés politiques.

3) L’organisation des rencontres entre les leaders d’opinion de la Diaspora.

4) L’organisation des rencontres entre les leaders d’opinion de la Diaspora et ceux de l’intérieur.

5) L’amplification du rôle de lobbying de la Diaspora.

6) La sensibilisation des organisations de la Gouvernance mondiale sur la situation du Cameroun.

7) La mobilisation des moyens adéquats pour la libération véritable du Cameroun.

J’entends m’adresser ici à toutes celles et à tous ceux qui bravent les climats rudes, les pénibilités d’emplois et les frustrations de toutes sortes en vue d’assurer les conditions de vie dignes à leurs familles et à leurs proches restés au Cameroun. J’ai en mémoire, les chauffeurs de taxi et de bus, les cheminots, les gardiens de nuit ou d’immeubles, les agents de sécurité, les aides sociales dans les maisons de retraite, les femmes et hommes de ménage, les agents d’entretien, les travailleurs des bâtiments et travaux publics, les éboueurs, les balayeurs des rues, les « plongeurs » dans les restaurants, les jardiniers, les vendeurs à la sauvette, les commerçants, les employés de bureau, les fonctionnaires, les enseignants, les chefs d’entreprises, les sportifs de toutes les disciplines, etc. Sans oublier celles et ceux les nombreux scientifiques et techniciens de haut niveau dont nous sommes fiers, mais aussi les nombreux professeurs d’université et autres dont les capacités intellectuelles et professionnelles doivent être mises à contribution au niveau stratégique.

Nous savons de quoi sont capables nos frères et sœurs vivant à l’extérieur la Diaspora Patriotique du Cameroun. La fin d’un cycle de l’histoire politique et la fin de règne des forces rétrogrades nous interpellent pour un Sursaut Patriotique et national en synergie avec les forces vives de l’intérieur.

La Diaspora camerounaise est un facteur de Libération véritable, de Développement durable et de Rayonnement international.

 

source: Aujourd'hui c'est Aujourd'hui!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loth 23/02/2011 07:54