COMMENT FAIRE FACE A L'ADVERSITE?-par Jean-Pierre Kaya

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe


COMMENT FAIRE FACE À L’ADVERSITE ?
http://www.africamaat.com/IMG/arton978.jpg
Par
JP. KAYA


PEDAGOGIE INITIATIQUE



Alors que l’Humanité traverse actuellement une de ces périodes cruelles de son histoire, aux prises avec une crise économique, comparativement en valeur, plus violente que celle de 1929, beaucoup d’êtres humains confrontés à la dureté soudaine de l’existence plus que d’habitude, ont déjà cédé , ou risquent de céder au désespoir. Qu’est ce que la MAAT a à dire face à cette situation ? La sagesse populaire prétend que face à la pression certains individus s’épanouissent, alors que d’autres s’effondrent. Il s’agit d’une vérité que seuls les Initiés savent interpréter correctement.


Depuis toujours, les Initiés, autrement dit les Serviteurs de la MAAT, savent que, tant que l’Homme vivra sur Terre, il sera toujours la proie des tourments et des angoisses, donc il ne peut pas échapper à la souffrance. Même les plus riches des humains, ne sont pas épargnés par cette perspective. C’est pourquoi l’enseignement de la MAAT, prépare ses disciples quotidiennement à affronter, puis à surmonter l’adversité.


Rappelons que toutes les Initiations des Africains Précoloniaux étaient organisées autour de la volonté de domestiquer la souffrance. Ainsi les anciens Congolais avaient-ils baptisé leur pratique initiatique majeure : le KIMPASI. Autrement dit: « la voie de la souffrance », ou encore « Ecole de l’effort ».



I. L’AMOUR DE L’EFFORT



L’Initiation a pour but l’éclosion des qualités supérieures (intellectuelles, affectives et volontaires) de l’être humain, pour promouvoir son développement spirituel. Mais pour parvenir à cette fin il ne doit pas fuir l’adversité et la souffrance. Pourquoi ?


Imaginons une personne qui a décidé d’escalader une montagne. Comment atteindrait-elle le sommet, si la pente de la montagne ne comportait pas d’aspérités ? Car il faut bien qu’il s’accroche à quelque chose pour progresser. Un avion par exemple ne pourrait pas voler s’il ne rencontrait pas des obstacles : la résistance que lui oppose l’air. Ainsi le Serviteur de la MAAT, n’est ni bouleversé, ni désespéré, face aux obstacles que la vie quotidienne accumule sur sa route. Il a une mentalité positive, et considère ces obstacles comme des moyens nécessaires pour vaincre l'adversité afin de poursuivre son chemin. Autrement dit, il aime l’effort et apprécie même la souffrance. Car, c’est en triomphant des obstacles, qu’il se développe spirituellement. Or sa récompense ultime et suprême se trouve dans cette évolution spirituelle.



II. LA SOUFFRANCE LIBERE DES QUALITES ET DES CAPACITES



Certes, il n’est pas nécessaire d’aller chercher des situations traumatiques stupidement. La vie elle-même s’en chargera. Autrement dit, que nous le souhaitions ou non, à un moment ou un autre, nous serons toujours aux prises avec l’adversité. Nous pourrions mêmes être irréprochables, exemplaires, nous attirerions quand mêmes par exemple des individus jaloux, qui nous en voudrons à mort sans motif valable, ou plutôt, parce que nous agissons de façon exemplaire. C’est pourquoi le Serviteur de la MAAT, doit apprendre à domestiquer la douleur et la souffrance. Ceci n’a rien à voir avec le masochisme. Cet effort qu’il fait a une signification morale, et donne des résultats concrets. Prenons un exemple extrême.


Pour obtenir un antidote contre le poison le plus virulent, du serpent le plus venimeux, on utilise encore le venin de ce même serpent. Ou encore, un même médicament pris selon la dose prescrite, peut guérir bien sûr, mais aussi tuer, si la dose est dépassée. Interprété d’après le langage symbolique cela ne veut pas dire que la souffrance a un effet thérapeutique, mais lorsque l’esprit sait la dominer et la domestiquer, elle libère des qualités supérieures qui attendent d’éclore dans le psychisme humain, sous forme : d’intelligence, de volonté, de sensibilité, de clairvoyance…


III. L’ASCESE INITIATIQUE ET L’ILLUMINATION DE LA CONSCIENCE



La capacité du Serviteur de la MAAT à sublimer la souffrance, lui vient d’un comportement spécifique à l’adepte de l’Initiation, et qui constitue le socle même de la pratique initiatique. En effet la première leçon qu’il reçoit dès qu’il met les pieds dans une école initiatique, est de faire systématiquement attention au moindre geste qu’il fait, à chaque acte qu’il pose, en exécutant chaque geste avec une pleine conscience, à chaque instant de sa vie. Beaucoup sont déçus en espérant que de grands secrets devraient leurs être révélés tout de suite. Or, c’est en s’entraînant systématiquement à surveiller la qualité de ses idées, de ses pensées, de ses sentiments, et à plus forte raison celle des pulsions qui viendraient parasiter sa vie mentale, et l’entraîner ainsi à donner issue à des penchants ténébreux, qui alimentent sa nature inférieure au détriment de sa Nature Divine, empêchant ainsi son évolution spirituelle, que sa conscience va s’illuminer, et que des centres spirituels puissants vont peu à peu entrer en activité dans son organisme.


Certains individus d’une mauvaise foi totale, croient que le seul contact avec un Maître de l’Initiation devrait leur permettre d’obtenir toutes les qualités et tous les pouvoirs. Avec une telle attitude nous voyons hélas, comme dans un miroir, se préparer pour eux de véritables calamités. Car si le travail initiatique est fondé sur l’effort, il requiert en même temps la patience et l’abnégation. Il peut arriver qu’au cours de toute une vie, un individu, même motivé ne soit pas capable de développer une seule qualité. Cela peut s’expliquer, mais cela ne doit pas décourager celui qui recherche le feu sacré.


Obéissant catégoriquement à l’impératif de rester concentré sur chaque acte qu’il pose, le Serviteur de la MAAT, obtient tôt ou tard, comme récompense, l’éveil de sa conscience, et son illumination, ce qui lui permet justement d’accéder à la connaissance maâtique, la connaissance stable du monde, la science divine elle-même.


Il me semble que cette rigueur est semblable à celle qu’exige l’esprit scientifique, par la suspension du jugement, pour accéder à la vérité scientifique. Sauf que cette dernière est relative. Mais laissons cela de côté.


Au commencement, Dieu a déposé dans l’Homme toutes les qualités supérieures, mais sous forme de graines. Pour les faire germer et permettre leur épanouissement, l’Homme a l’obligation d’accomplir un effort. Celui-ci commence comme je l’ai dit par l’attention et la concentration portées sur les moindres détails de l’existence. C’est l’exercice répété, de cette attitude mentale, qui finit par faire oublier au Serviteur de la MAAT, l’existence même de la douleur et de la souffrance, car en les affrontant de façon consciente et volontaire, il éveille ou réveille des qualités supérieures dont l’efficacité le rend capable d’accomplir par la suite sans effort, des tâches et des travaux qui dépassent l’entendement humain.


Ainsi, un Homme qui fuit l’effort, ou celui qui ne recherche que les plaisirs et la facilité dans sa vie, entre en contradiction avec la signification même de la vie. Tôt ou tard, la MAAT, qui est l’intelligence qui gouverne l’Univers ne manquera pas de lui appliquer des sanctions appropriées.


Ceci est valable également pour ceux qui, incapables d’accepter le principe de réalité, croient pouvoir se venger en donnant libre cours à leur jalousie pour nuire à autrui. L’Histoire de l’humanité est là pour nous instruire. La ruse, la mauvaise foi, le mensonge n’ont jamais permis à quiconque de triompher définitivement.


Cette affaire, n’est pas une question de diplômes obtenus à l’université, ou de connaissances accumulées, mais une question de prédestination. Car pour changer l’Histoire, il faut toujours qu’un individu se distingue et s’engage, mais sur des bases qui échappent à l’Histoire. Le principe n’a pas changé depuis la nuit des temps. Mais hélas la traîtrise elle aussi, n’a pas varié. Tant que l’Histoire durera, il y’ aura toujours des justes et des lâches ; comme la lumière s’oppose aux ténèbres.


L’intelligence cosmique, la MAAT, ne tolère pas les calculs louches. Ces actes peuvent avoir l’air de réussir pendant un temps, mais c’est pour mieux préparer leurs auteurs à la rétribution négative, à une déception cuisante. Car la loi fondamentale de l’Initiation veille : en posant un acte, on récolte tôt ou tard, nécessairement, les conséquences correspondantes, bonnes ou mauvaises. Il ne saurait en être autrement.



Il n’ y a pas de Vérité supérieure à la MAAT. La Maât Seule Est l’Unique Vérité.



JP. KAYA

Commenter cet article

Polo 02/05/2011 08:28



Bonjour!


J'ai lu l'article avec intérêt. Il est certes question de courage et d'effort mais face à la maladie que faire? Face à la famine que faire? Quel effort faut il que l'individu fasse?merci