Comment redéfinir la beauté Africaine ? - par Kwanzaa Millenium

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

http://ubuhle.com/photos/joelle-kayembe-393c0.jpg

 

Au risque de paraître niais, je souhaiterais commencer en rappelant que la seule beauté qui compte est la beauté intérieure... Cela dit, il est impossible de négliger l'apparence extérieure tant son impact sur la psychologie, sur la santé et d'une manière générale sur la société est considérable. Il est notoire que les Africains et plus particulièrement les individus d'origine Ouest-Africaine directe ou lointaine comptent parmi les plus mal à l'aise avec leur physique, la frontière entre simple coquetterie et complexe d'infériorité est très difficile à identifier. D'un côté on remarque que quel que soit le peuple concerné, les hommes et les femmes ont tendance à dompter la nature en commençant par leur corps et il est très rare qu'ils ne lui fassent subir aucune transformation. De l'autre côté, on voit que les transformations corporelles tendent majoritairement donner une apparence plutôt européenne, quand bien même beaucoup s'en défendent il y a là un véritable déni d'identité dont les explications sont hautement idéologiques.

 

Que signifie donc être Africain et beau ? Jusqu'où peut-on aller dans la coquetterie sans tomber dans la dénaturation la plus totale ? Il ne fait aucun doute que la notion de beauté est on ne peut plus subjective. En revanche chaque société a tendance à définir un idéal esthétique, dans un grand nombre de sociétés Africaines cet idéal comprend divers éléments, il intègre des traits métisses voire européens tout en mettant en valeur chez les femmes une corpulence bien éloignée de la silhouette anorexique prisée en occident. La renaissance Africaine, en tant que mouvement identitaire dont la portée se veut continentale et prônant dans tous les domaines les éléments authentiquement autochtones en mesure de rapprocher les peuples des quatre coins du "monde noir" ne peut tolérer que soient promus des phénotypes clairement extra-Africains. Toujours dans un esprit de renaissance Africaine, de retour aux sources de l'aire culturelle éthiopienne la définition d'un tel idéal physique entraîne le questionnement suivant: à quoi ressemblaient nos ancêtres communs, ceux qui ont donné à nos cultures leurs traits semblables et originaux au regard des autres civilisations ?

 

Lorsqu'on se penche sur la généalogie des populations, on remarque que la séparation du groupe proto-éthiopien en deux lignées distinctes, l'une orientale et septentrionale (E1b1b) l'autre occidentale et méridionale (E1b1a)est récente, datant d'environ -25 000 avant J.C à -22 000 avant J.C. Avant cette séparation, les ancêtres communs des peuples "Noirs" (E1b1) ont vécu ensemble environ 10 000 ans vraisemblablement dans la région des sources du Nil Bleu et du massif montagneux du Simien dans l'actuelle Ethiopie. Il est difficile de savoir où les deux groupes se sont séparés, les trois scénarios les plus probables avancent l'Ethiopie, la vallée du Nil ou le Sahara oriental. Quoi qu'il en soit, l'aire culturelle Éthiopienne s'est primitivement formée en Afrique du nord-est ce qui laisse supposer que les phénotypes les plus représentatifs des premiers Éthiopiens sont soit à chercher dans cette région parmi les populations les moins soumises aux influences génétiques extérieures qu'elles soient eurasiatiques ou autochtones de type pygmée/khoïsan en considérant que le phénotype est une adaptation à un environnement, soit parmi les populations conservant jusqu'à nos jours le plus grand nombre de marqueurs génétiques du groupement proto-Éthiopien, en considérant que les populations aient conservé leur phénotype originel même après avoir émigré dans des régions éloignées.

 

Les populations ayant conservé les plus anciens marqueurs génétiques communs (E1b1) à des fréquences supérieures à 5% sont les Peuls (6%), les Amharas (10%), les Oromos (11%), les Juifs éthiopiens (13%/18%), les peuples Sud-Sémitiques d'Ethiopie et d’Érythrée (6%) et les Iraqw (10%), ces marqueurs sont présents autrement dans toute l'Afrique sub-saharienne à de plus faibles fréquences. On peut donc penser que le stéréotype physique du "nègre" Ouest-Africain ne correspond pas au phénotype qu'auraient arboré les populations Proto-Ethiopiennes d'origine est-Africaine. Cependant, ce stéréotype reste un stéréotype, à quelques caractéristiques physiques près il n'y a pas de différences fondamentales entre est-Africains et ouest-Africains, le fait que la renaissance Africaine favorise un phénotype oriental est tout à fait acceptable et aussi anodin que le fait que la civilisation européenne favorise un phénotype nordique car dans un cas comme dans l'autre l'enjeu est plus esthétique qu'idéologique, et il est parfaitement toléré qu'à côté de la beauté standard soient mises en avant les beautés locales plus typiques d'un terroir donné.

 

De plus, il y a fort à parier que le phénotype est-Africain ait plus de chances d'être unanimement accepté celui-ci n'étant finalement pas si éloigné des critères actuels prétendus universels tout en étant indéniablement Africain contrairement à l'origine Eurasienne qu'on lui prête. Le phénotype est-Africain marque en fait la limite des transformations corporelles que la renaissance Africaine peut accepter, au delà de celui-ci, il sera possible de blâmer un complexe d'infériorité contre lequel nous sommes en droit de lutter au nom de la fierté identitaire nécessaire à toute évolution sociétale positive. Pour se faire une idée de ces limites voici une petite galerie de visages est-Africains.

 

 

Oromos

 

 

 


 

 http://wwwdelivery.superstock.com/WI/223/1890/PreviewComp/SuperStock_1890-44509.jpg

http://ic2.pbase.com/o5/90/395790/1/69609087.xcZ5JypO._MG_4093.jpg  

 

 

http://www.freewebs.com/gadaa/Oromo%20Girl.jpg

http://farm4.static.flickr.com/3184/3020942187_2d9061523c.jpg

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Afars

 

http://i.images.cdn.fotopedia.com/flickr-2185741912-hd/People_around_the_World/Arab_States/Djibouti/Afar_people/Afar_Depression-Afar_people-hd-17.jpg

 

http://www.robertpalumbo.com/ethiopia1/afarOvalFaceWoman.jpg

 http://farm3.static.flickr.com/2246/2183271100_6844132a6a_o.jpg

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4008/4248755100_22546974f5.jpg

 

 

Bejas

 

http://farm1.static.flickr.com/54/134787791_ebbb504d7f.jpg

 http://kememou.com/00000beja1a.jpg

 

Iraqw (Iraku)

   

http://i55.tinypic.com/2my4ygh.jpg    

http://i52.tinypic.com/21cd0kk.jpg 

Peuls

 

http://i.images.cdn.fotopedia.com/flickr-3119644133-hd/People_around_the_World/Africa/Nigeria/Fula_people/Fula_people-hd-12.jpg

 

 

http://i55.tinypic.com/muucye.jpg

 

http://farm6.static.flickr.com/5179/5407984044_4c00907d57.jpg

 

Et pourquoi pas... Égyptiens

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRIVK3qMVoio5Ywzy6FFYcVoe4wppgKGowWvs92Fe9HbyBoGv9Q

 

http://wysinger.homestead.com/tiyi2.jpg

 

 

http://www.linternaute.com/science/magazine/decouvertes-archeologiques/image/tombeau-toutankhamon-746069.jpg

 

Si vous êtes Afro-Descendant d'Amérique ou issu de l'Afrique sub-saharienne "francophone", il y a des chances que vous ne voyez pas entre ces personnes et vous de différences fondamentales si ce n'est la texture naturelle du cheveux. Si vous voyez en ces gens de potentiels sosies, frères, soeurs, cousins ou cousines la renaissance Africaine devrait vous condamner à vous accepter tel que vous êtes. En revanche, si vos cheveux sont crépus, il est acceptable que vous cherchiez à les rendre plus souples d'apparence à l'instar des "modèles" présentés si dessous. Au delà de cette limite, l'apparence que vous donneriez à vos cheveux s'assimilerait à un déni d'identité. En ce qui concerne la peau, le plus clair qui puisse être toléré est le brun franc et légèrement cuivré.


Quant aux traits du visage, ils se veulent généralement fins, juvéniles, l'oeil est en amande, le nez est camus sans excès, les lèvres sont charnues mais sans excès non plus, le visage décrit un ovale. Les techniques de transformation tolérables ne recourent pas à des préparations chimiques ou des opérations chirurgicales néfastes, il est possible d'appliquer sur sa peau un font de teint qui lui donnera une apparence cuivrée, un teint trop clair peut même nécessiter une séance de bronzage car il faut bien se mettre à l'idée que malgré la finesse des traits valorisés, le phénotype voulu est fondamentalement africain et il ne faut y voir aucune influence eurasienne quand bien même il peut y avoir une ressemblance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gina la cap's 07/12/2011 23:31


je découvre ton blog aujourd'hui . Le contenu est captivant ! Tous mes encouragements .