Côte d'Ivoire: Expulsion des ambassadeurs du Canada et de UK

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

 Gbagbo chasse les Ambassadeurs du Canada et de la Grande-Bretagne


Le Président Laurent Gbagbo ne veut pas abdiquer devant la Communauté internationale

 

Dans un communiqué lu à la télévision nationale, jeudi, M. Ahoua Don Mello, le porte-parole du gouvernement de M. Laurent Gbagbo, Président élu de Côte d'Ivoire selon le Conseil Constitutionnel, a annoncé que les Ambassadeurs du Canada et de la Grande Bretagne sont désormais indésirables sur le territoire ivoirien.

Cette déclaration, insiste le communiqué, est une réplique à la communauté internationale, qui ne reconnaît que son rival Alassane Ouattara comme président légitime.

Ainsi, "il est mis fin" aux accréditations des ambassadeurs britannique Nicholas James Westcott et canadienne Marie-Isabelle Massip, indique ce communiqué.

M. Don Mello explique aussi que c'est "en application du principe de réciprocité régissant les relations diplomatiques" que cette décision a été prise.

On se souvient que fin décembre, la Grande-Bretagne et le Canada avaient retiré les accréditations des ambassadeurs ivoiriens nommés par le président sortant Laurent Gbagbo. Ces deux pays ont aussitôt reconnu son rival M. Ouattara comme le président  élu de Côte d'Ivoire.

 

Toutefois, cette décision ne semble guerre émouvoir le Canada qui refuse de reconnaître l'expulsion de son ambassadeur en Côte d'Ivoire. Ce pays indique qu'il n'a pas encore reçu de requête du camp de M. Ouattara sur le sujet.

 

La Grande-Bretagne a réagit dans le même sens que le Canada. Les Britanniques disent ne reconnaître que les communiqués et déclarations faites par le  Gouvernement de M. Alassane Ouattara.

Aussi, les Etats-Unis ont-ils accentué leur pression sur le Président Laurent Gbagbo. Washington a annoncé le gel de ses avoirs dans le pays ainsi que ceux de sa femme Simone et trois autres proches.
Source : News24.ci

Publié dans Economie-Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article