Exposition Design en Afrique au musée Dapper - jusqu'au 14 juillet 2013 - par Musee Dapper

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

Design-en-Afrique.jpg

L’exposition Design en Afrique, s’asseoir, se coucher et rêver ainsi que l’ouvrage qui l’accompagne dévoilent à travers une centaine de pièces un monde voué à des artefacts supportant le corps.

La conception d’un tabouret, d’une chaise, d’un fauteuil ou d’un appuie-tête est marquée, tant hier qu’aujourd’hui, par les façons de vivre des utilisateurs et par leur statut.

Formes et fonctions dialoguent pour le confort des uns et le prestige des autres.

 

L’exposition regroupe une centaine d’oeuvres traditionnelles et contemporaines sélectionnées au sein du musée Dapper et d’importantes collections publiques :

Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren

Musée d’Art moderne, saint-Étienne

Centre national des arts plastiques, paris

Cité du design, saint-Étienne

Biennale d’art africain contemporain, Dakar

institut français, ouagadougou

et provenant également de prêts privés (europe et Afrique).

 

Designers présentés :

Kossi Assou, Nicolas Sawolo Cissé, Issa Diabaté, Cheick Diallo,

Alassane DrAbo, Balthazar Faye, Iviart Izamba, Ousmane Mbaye,

Vincent Niamien, Antonio Pépin et Christian Ndong Menzamet,

Jules-Bertrand Wokam.

 

 

CONTACTS PRESSE :

Musée Dapper

Nathalie renez, Aurélie Hérault

Tél. : 01 45 02 16 02 / 01 45 00 07 48

e-mail : comexpo@dapper.fr

-------------------------------

Kossi-Assou.jpg Né le 15 juin 1958 à Abidjan, Côte d’Ivoire, de nationalité togolaise, Kossi Assou a reçu la désignation honorifique de « Trésor Humain Vivant par l’UNESCO (Patrimoine Culturel Immatériel) ». 


De 1988 à 2007, il réalise plusieurs expositions individuelles et de groupe en Arts plastiques et en Design en Afrique, en Europe et dans les Caraïbes. 

Professeur titulaire, chargé de l’enseignement, de la recherche et de l’expertise en Design et en Arts Plastiques à l’E.A.M.A.U. (Ecole Africaine des Métiers d’Architecture et d’Urbanisme, Etablissement Inter Etats d’Enseignement Supérieur) à Lomé au Togo il est, lui-même, diplômé de l’École des Beaux Arts de Abidjan options : Art Mural et Design, puis il obtient successivement le : 
- Diplôme Supérieur d’Expression Artistique : Option Arts Plastiques (Abidjan) 
- Diplôme d’entrepreneur culturel (Lomé) 
- Plusieurs stages en Arts Plastiques, Design et Entreprenariat Culturel. (Sénégal, Allemagne, France, Burkina Faso) 

Entre 1995 et 2005 il anime six ateliers de AFRODESIGN 
. 2000 - Ateliers « La Cour Africaine » pour Lille 2000 AFAA France 
. 2001 - WORKSHOPS de Design Ecole des Beaux-Arts de Saint-Étienne (France) 
. 2003 - Atleliers « Table Manners » pour le compte de Africalia Bruxelles et Courtrai 
. 2004 - Ateliers de Design Salon International de l’Artisanat Africain à Ouagadougou (Burkina Faso) 
. 2005 - DESIGN Bogolan (Mali) 
. 2006 - Transculturel à Port-au-Prince (Haïti), Design à St -Denis de La Réunion 

Kossi Assou est Directeur - Fondateur de : 
- ARTISTIK (centre d’art créé en 1993 à Lomé) 
EWOLE (Rencontres et Résidences Internationales d’Arts Visuels), sept éditions depuis 1994 
- AfroDesign (Programme de développement du design en Afrique à travers ateliers, rencontres, recherches…) avec six éditions depuis 1995 
- THAMANI (Périodique artistique et culture). 

Expert à des journées de réflexion et colloques sur les Arts Visuels, le Design, l’Artisanat d’art, la Culture et Membre du Jury pour : 
SIAO (Salon International de l’Artisanat et du Design Africain de Ouagadougou – Burkina Faso) 2002, 2004 ; ALOKPA (Concours de Design de Mode) 1 et 2 ; 5ème Jeux Francophonie à Niamey, Niger, il est invité à la Biennale des Arts de Dakar (DAK’ART 96, 98, 2000, 2002, 2004, 2008), auxRencontres O.C.RE. (Opérateurs Culturels en REseau) - Bamako 2001 et Durban 2002, au Colloque sur la diversité culturelle - Sommet de la Francophonie, Ouagadougou 2004 et au Colloque sur les « Acteurs méconnus du développement », Ouagadougou 2005, ainsi que les rencontres « Maintenant l’Afrique » à Paris, octobre 2006 

Il est actuellement Conseiller technique chargé de la coopération culturelle internationale au Ministère togolais de la Communication, de la Culture et de la Formation Civique. 

 

Samedi 21 Juin 2008
Barbara PREZEAU STEPHENSON
Lu 3438 fois
-------------------------------------------------------------------
Nicola Sawolo Cisse Nicolas Sawalo Cisse : Un chantre du design africain

Un créateur qui marie tous les arts du monde

Par Hawa SEMEGA - 11/01/2011

Nicolas Sawalo Cissé, 60 ans, est le tout premier architecte sénégalais de l’école d’architecture de Dakar. L’homme est un amoureux de l’art qui s’investit dans plusieurs activités.

Ce sénégalo-libanais aux multiples facettes, est fortement imprégné dans la pure tradition africaine et surtout sénégalaise, un pays où il a grandi et passé sa plus tendre enfance. Son travail d’architecte a été beaucoup influencé par les constructions africaines d’abord, mais aussi occidentales et orientales. Il est le premier orienté de l’école d’architecture de Dakar grâce selon lui, à la volonté de l’ancien président Léopold Sédar Senghor. Il a obtenu son diplôme d’architecte en 1979. Sa dernière grande découverte a été la cité mystérieuse de Tombouctou. Il ne connaissait cette ville et le Mali que de nom. Sa visite n’a donc pas été inutile puisqu’il a pu y voir un autre modèle d’architecture différent de ce qu’il a pu voir ailleurs dans le monde. Des grandes mosquées de Djingareyber aux différents cimetières des 333 saints, en passant par l’université Hamed Baba. Pour le cas particulier de la grande mosquée de Djingareyber, le bâtiment a été construit en banco sans ciment, ni béton. Pour Nicolas S. Cissé, l’art moderne, c’est la sobriété dans les formes. L’essentiel selon lui est de savoir marier tous les arts du monde. L’art dans tous ses états, c’est là le fil conducteur pour lui, car en plus de sa casquette d’architecte, l’homme est également cinéaste et réalisateur.

De l’architecture au design
Nicolas S. Cissé a ouvert son premier cabinet d’architecture en 1980, soit une année après la fin de ses études. Il mit d’abord sur pied une association mais celle-ci ne fera pas long feu. Il ouvrira ensuite un autre cabinet d’architecture dans lequel il continue toujours de travailler, le ‘Cabinet Urvéco’. Avec quelques promotionnaires, Nicolas Sawalo Cissé a créé l’Association des designers africains à Dakar à la fin des années 1980. Une décennie plus tard, il se lance dans le cinéma en réalisant son tout premier court métrage de 26 mn intitulé ‘Blissi N’Diaye’ ou ‘La visite de la dame’. Ce film parle d’un érudit du nom d’Issa Saane qui n’aime que sa lecture et son saint Coran. Un jour, cependant, il reçoit la visite impromptue d’une très belle femme qui tente de le séduire. Le temps passe, et il s’aperçoit que cette visite étrange est une visite de troisième type et que cette dame n’est rien d’autre que le diable. Voici donc en quelques mots, le ton du film. 

Notons que Mr Cissé a créé en Août 2010, une société de production cinématographique ‘Nices Production’ dont le siège est à Dakar avec une succursale à New York. Cette société a à son actif, un film ayant pour toile de fond, l’esclavage. C’est un film assez original comme le précise le cinéaste parce que faisant l’historique de la traite négrière de l’île de Gorée jusqu’en Occident. En ce qui concerne le cinéma africain, les cinéastes selon Mr Cissé, rencontrent d’énormes difficultés. Il explique que les cinéastes sont obligés de répondre aux vœux de leurs producteurs, de leurs financiers. Il déplore le fait qu’ils soient obligés d’aller dans le sens de ces derniers, ce qui dénature parfois complètement leurs films. « Lorsqu’on a des sujets qui sont différents de ce que l’on voudrait que nous fassions, eh bien à ce moment là, on peut rester 10 ans, 15 ans sans voir le bout d’une financement arriver. » C’est ce qui fait donc que les cinéastes africains font un film tous les dix ans. Il explique que « nous avons pensé qu’il est temps d’arriver avec des financiers qui seraient autochtones. Le grand problème cependant, reste la diffusion. »Il indique que c’est la raison pour laquelle la plupart des cinéastes sont tournés vers les Etats Unis. Les américains ont, selon lui, une vision un peu plus moderne que les autres dans le domaine. De temps en temps, ils sont capable de s’ouvrir à d’autres horizons, comme en témoigne le célèbre film ‘Slum dog millionnaire’ dans lequel joue le regretté Sotigui Kouyaté. 

Son ambition pour l’Afrique
La question que l’on est tenté de poser à Nicolas S. Cissé, c’est pourquoi il s’investit dans toutes ces activités ? A cette question donc, l’homme explique que dans nos pays, tout reste à faire. « Il y a ensuite ce besoin que nous avons de formuler des actions pour l’élaboration de nouvelles industries. » Il estime que l’industrie concerne le grand nombre. C’est donc la raison pour laquelle il a voulu partir de l’architecture vers le design. Ce dernier est selon lui, une source d’industrie cinématographique et vectrice de projets, mais aussi de métiers. Toutes ces disciplines peuvent donc faire travailler énormément de gens. Il déplore le fait que, malheureusement en Afrique, nous n’ayons pas les structures adéquates en la matière. Il est temps de se remettre débout et faire avancer le continent au temps que faire se peut » conclut-il. 

source : http://www.journaldumali.com

----------------------------------------------------------

Issa-Diabate.jpg Issa Diabate, Jeune architecte prometteur, engagé après des études à Yale par un cabinet ivoirien dont il est finalement devenu l'associé, il exprime dans le design une créativité de plus en plus appréciée, récompensée à la Biennale de Dakar en 1998. Dans ses créations, il utilise des objets usuels, typiques de l'environnement urbain africain, avec la volonté «de mettre en valeur la magie, l'humour ou l'interrogation qu'ils portent». Horripilé par le culte de l'ethnique, son but est de «créer des objets qui voyagent aisément, qu'on puisse apprécier tant en Afrique qu'au Japon, même si ce n'est pas pour la même raison».

Distinctions et publications

Le Designer et architecte ivoirien, Issa Diabaté, l'un des lauréats de l'édition 98 de la Biennale de Dakar (Dak'Art) inscrit le design, plastique utilitaire, dans la notion d'installation d'Art. Le passage d'un monde à un autre. Son thème de prédilection est la ville et ses conflits. Un espace semeur de troubles. Et au-delà de l'esthétique de l'objet qui doit intriguer, susciter la réflexion, Issa Diabaté propose des pistes et met en scène. Conscient de l'importance qu'on a à vivre dans un environnement sain, le jeune Designer aime à repérer des objets délaissés. Ceux qui détiennent plusieurs vies comme les pneus. Son écriture met en valeur des objets récupérés tels que de rondelles en caoutchouc, les vis, les boulons, le fer. Une fois transformés, Issa Diabaté les soumet à une nouvelle vie .

Le seau en plastique, par exemple, est impliqué dans des installations qui, à première vue, provoque l'hilarité. N'est-ce pas sa manière à lui de passer un message écologique ? Quand on sait que dans la ville denuée d'espaces de conversation et de convivialité, Issa Diabaté nous livre sa vision des bancs publics accompagnés d'un seau ou d'un pot de chambre. Ce travail fut présenté à Arkadi 2000, en avril dernier. Lors de l'édition 99, il avait proposé le lit à moustiquaire qui renvoie au rituel de mort et en même temps s'inscrit dans les campagnes, à l'époque, contre le paludisme. Or l'agent vecteur de ce véritable problème de santé public est issu des eaux stagnantes. Encore un sujet lié à la protection de l'environnement.Issa Diabaté démontre par ses travaux, une vision contemporaine d'un art qui reçoit une spécificité locale plus dans le fond que dans la forme.

source : http://www.abidjan.net

---------------------------------------------------------------

Cheikh-Diallo.jpg Cheick Diallo, né au Mali, fait ses études à l’École d’Architecture de Normandie.

Il découvre le design en France et poursuivra sa formation à l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI, Paris en étude et création de mobilier, ECM) de 1992 à 1994 en poste diplôme. Cheick Diallo est fondateur de l'ADA(Association des Designers Africains), qu'il préside depuis 2004.

Architecte DPLG, entre l’Afrique et le reste du monde depuis, il a travaillé avec plusieurs agences d’architecture françaises, tout en poursuivant ses recherches et réalisations dans le domaine du design.

DESIGNER Consultant, du TFOC (bureau pour la promotion et le commerce du CANADA) pour le développement de produits des entreprises en Afrique, il encadre régulièrement des ateliers de design et des workshops en Afrique, Europe et au Canada.

Primé régulièrement dans différentes manifestations internationales En 2006 et 2007 il reçoit le 1er prix du SIDIM (salon international du design intérieur de Montréal). Ses créations sont régulièrement exposées dans de nombreux salons français et étrangers et dans des biennales.

Cheick Diallo affectionne le contact, la porosité avec d’autres disciplines que la sienne, et en particuliers les arts plastiques : la perméabilité est une donnée importante dans sa pratique.

Une conception du style qui relève de l’hybridité, une souplesse du regard et de la pensée devant ce que l’on nomme goût, genre, culture et origines. Figure atypique dans le monde du design, Cheick Diallo mène une action de préservation des techniques des artisans du Mali, dont il en a fait un des principes de fonctionnement de son agence, au service aussi d’une promotion des savoir-faire de son pays. A partir de tous ces éléments en présence, le postulat a résidé simplement dans l’idée de faire du luxe, prenant par là même à rebours certains stéréotypes.

Cheick Diallo joue tranquillement avec les habitudes de classification et les obligations d’appartenance à. Délibérément à la croisée, ses productions semblent incarner concrètement les allers retours géographiques entre un Nord et un Sud. Volontiers cosmopolites, elles articulent sans façon des éléments traditionnels et des caractéristiques contemporaines.

Alliant une facture léchée et des matériaux dits pauvres, c’est-à-dire de récupération, il en résulte une esthétique qui permet de différer et d’écarter avec désinvolture les questions attenantes à l’idée d’une certaine mode ethnique, voire africaine. Ainsi quand les formes se mêlent.

source : http://www.diallo-design.com

--------------------------------------------------------

Alassane-Drabo.jpg Alassane Drabo, Né en juillet 1968 à Koudougou au Burkina Faso, il reçoit une formation artistique initiale au sein de l'Atelier polyvalent d'Arts Plastiques de Ouagadougou avec son doyen et parent Guy Compaoré, puis il participe aux stages de sculpture et de design des éditions de Ouag'art. Il a réalisé plusieurs commandes publiques pour la ville de Ouagadougou, en particulier "serveuse" devant la gare ferroviaire. Il a participé à la Biennale de Dakar en 1996, expose régulièrement à Ouagadougou, mais aussi en Côte d'Ivoire, au Bénin, au Sénégal ainsi qu'en Europe: Pays-Bas, France. Il fait partie des artistes sélectionnés pour exposer au Centre Culturel Wallonie-Bruxelles à Paris en novembre 2004 pour le Sommet de la Francophonie.

Alassane Drabo n'a pas de matériaux de prédilection. C'est simplement l'aspect 3 D de la sculpture qui l'intéresse puisqu'il lui permet un meilleur rendu des idées qu'il veut exprimer. Aux côtés de Saliou Traoré, Alassane est un artiste politique. Il privilégie encore aujourd'hui les représentations figuratives, tout en frisant parfois l'abstraction, notamment dans sa série de sculptures autour du thème des mines antipersonnel. Sa dernière exposition, réalisée au CCF de Ouagadougou, présentait des sculptures monumentales constituées de petits morceaux de bois assemblés avec des fils de fer. Intitulée "sous perfusion", elle donnait à voir des malades perfusés, des accouchements douloureux avec des médicaments contenus dans le ventre des femmes, comme autant de scènes dénonçant le rapport économique avilissant établi entre les pays du nord et le continent africain, notamment dans le domaine de l'industrie pharmaceutique. Artiste politique, artiste polémique, Alassane n'a pas craint de mettre son talent de plasticien au service de ses idées, même si ses ensembles ne lui permettent pas de gagner sa vie. Il s'est battu pour que cette exposition, déplacée ensuite dans le parc d'une mairie de Ouagadougou, soit présentée aux élèves. En effet, il tente de mener un combat pour l'éducation artistique à l'école en travaillant sur un projet de camion-galerie. Parallèlement, Alassane est aussi un designer de talent.

source : http://www.africultures.com

---------------------------------------------------------------

balthazar-Faye-300x274.jpg Balthazar Faye, est né au Sénégal en 1964 et il y a passé une partie de son enfance. C’est un Sénégalais Allemand. Balthazra a vécu à Genève ou il a obtenu son Baccalauréat international. Ensuite Il rejoint l’école des beaux arts de Besançon ou il obtient le diplôme national supérieur d’expression plastique. Vient l’époque Parisienne ou il passe un diplôme national supérieur des arts  décoratifs.

Le design et l’art, il a plongé dedans depuis tout petit, Balthazar Faye a de qui tenir puisque le frère de son arrière-grand-mère est Gropius, fondateur de l’école du Bauhaus.

Il dessine essentiellement des meubles et pour cette raison qu’il a été invité  l’exposition au mussée Dapper à Paris sur le Design Africain dont le thème est « S’assoir, se coucher et rêver »

 

Vous pouvez lire une interview très complète sur son travail et sa façon d’aborder le design dans cet article sur AfrikBd

Les expositions ou Balthazar Faye a été invité :

  • 1997 : « Suites africaines » – PARIS- France
  • 1998 : Biennale internationale de Design – SAINT-ETIENNE – France
  • 2000 : « La Cour Africaine » – LILLE – France
  • 2004: Design made in Africa – Exposition itinérante en Afrique et en Europe
  • 2004 : Africa Remix – DUSSELDORF (Allemagne) – LONDRES (Grande-Bretagne) – PARIS (France)
  • 2012 : Musée Dapper à Paris sur le thème est « S’assoir, se coucher et rêver« 

cette liste est non exhaustive

source : http://www.diasporadusenegal.com

--------------------------------------------------------

Iviart-Izamba.jpg Iviart Izamba, A travers ma pratique d'artiste  plasticien designer, je cherche non seulement à exposer la consistance des objets que nous connaissons, mais également à montrer  qu'avec des objets épars jetés au rebus, on peut arriver à construire, à sculpter, à donner forme à d’autres objets, certes que l'on reconnaît, mais qui, néanmoins ont la faculté d'éveiller la curiosité d'un public car ce détournement, ce bricolage pour les réanimer allie forme, fonction et beauté des matériaux.


Nous disons que l'essence ou la particularité ou encore le fondement tant matériel que philosophique réside dans la réunion d’éléments hétérogènes récupérés, détournés de leur essence originelle, de leur sens usuel premier, pour donner un autre objet. Et nous comprenons aisément que dans cette pratique, il est vraiment question de partir de choses n'ayant aucune commune mesure pour aboutir à un élément réunifié.

L'agencement de différents éléments récupérés pour former les articulations d'un objet nouveau, nous conduit à une nouvelle esthétique dite " BEAUTÉ SAUVAGE " un model du design pour l'Afrique d'aujourd'hui.
Il s'agit d'un sentiment de plaisir tout particulier éprouvé avec stupéfaction devant une forme d'objet connu mais dont les éléments sont d' essences diverses. C'est aussi une sensibilité artistique qui s'affirme dans un itinéraire professionnel   : dans mon domaine de designer concepteur de produits et d'espaces, c’est pour moi une façon de répondre aux urgences et aux défis majeurs que la société Africaine (dans la ville de kinshasa) est appelée à relever à l'heure actuelle, ceux d’une économie sociale.

Parcours

I. Expositions et résidences artistiques
• Avril 2009, exposition collective CFPI session 9, à La Chaufferie, galerie de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg
• Mars / avril 2009, plasticien intervenant à la maison d'arrêt (prison d'elsau) 
Strasbourg 
• Janvier / février 2009, plasticien intervenant auprès des enfants au sein de l'association bana RD.Congo de Strasbourg
• Juin 2008, expo diplôme à La Chaufferie, galerie de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg 
• Juin 2007, atelier expérimental avec les élevés de l'école belge de Kinshasa. 
• Mars / mai 2007, résidence d'artistes au centre culturel français de Kinshasa.
• Décembre 2006 / janvier 2007, scénographies urbaines de lingwala/Kinshasa
• Novembre 2006, expo, au syndicat potentiel à Strasbourg.
• Aout/novembre 2006, résidence d'artiste au theatre TOHU BOHU de Strasbourg.
• Mars 2006,expo les ateliers d'artistes de Kinshasa au centre culturel français de kin.
• 2004, expo jeune création au centre culturel français de Kinshasa.
• Août 2003, expo Kinshasa WENZE WENZE à l'académie des beaux- arts de Kinshasa.

II. Réalisations design et architectures.
• Septembre 2002, première édition salon du mobilier Kinshasa (SAMO).
• janvier / mars 2003, dessinateur, bureau d'études de projets d'architecture (bâtiments et chaussées) MAF de Matadi bas- Congo.
• 
avril 2003/ février 2004, architecte d'intérieur libéral, plusieurs études et réalisations (villa,maisons d'habitation, espaces 
commerciaux, commandes de mobiliers...) chez les particuliers à Kinshasa.
• octobre 2008, troisième salon du mobilier à Kinshasa.

III. Prix 
• 2003, lauréat troisième prix, meilleur projet "nouvel espace primus" par la bralima
• 2006, lauréat, Afrique en création,(vpc 2006) culturesfrance

Spécialités
• Designer, concepteur d’espaces et de produits.
• Architecte d’intérieur ( conception et réalisation). 
• Artiste plasticien intervenant..

Les aptitudes que je crois posséder :
un sens d’analyse, une capacité à estimer, entretenir, reparer, planifier, fixer de buts, des objectifs, faire des choix, deleguer des taches, enquêtes, inspecter, contrôler et compléter des données.

Formation
• 2000,(bac+3), diplôme de graduat en ensemblier décoration, Académie des beaux- arts de Kinshasa
• 2006,(bac+5),diplôme de licence en architecture d'intérieur Académie des beaux- arts de Kinshasa
• 2008,diplôme national d'expression plastique (DNSEP), Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg
• 2009,(CFPI), formation des plasticiens intervenants,Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg

Interventions

« Bomba ngai » 
Projet d’intervention artistique en milieu associatif 
proposé à l’association «Bana RD.Congo»de Strasbourg 
10 janvier au 28 fevrier 2009
Nombre d’enfants : 10 / nombre de séances : 8

« Bomba ngai » est un projet d’intervention artistique que j’ai proposé auprès d’ enfants de l’Association «Bana R.D.Congo» de Strasbourg. Son but était d’amener l’art contemporain dans un milieu inhabituel, un secteur où l’on en parle rarement, mais aussi de vulgariser l’art dans les cités de Strasbourg, notamment chez les enfants d’ages de 8 à 12 ans.

Le terme «  Bomba ngai » se traduit en lingala (langue nationale congolaise) par : 
-garde moi 
-protège moi
-couvre moi 
-sécurise moi

La thématique veut seulement interpeller le monde d’aujourd’hui, la société de consommation, pour rapeller la nécessité de sauvegarder, protéger et sécuriser notre environnement qui, ces derniers temps, devient encombré et de plus en plus pollué. 
«Bomba ngai» propose une réflexion, et, à travers le design de récupération un travail de création d’objets, d’installations.
Il s’agit d’une démarche qui s’élabore uniquement avec des matériaux de récupération. 
Nous allons approfondir cette réflexion sur les objets encombrants, ces objets fabriqués par notre monde où leur durée de vie est de plus en plus courte. Que deviennent ces objets ? Et que pouvons nous en faire de plus ?

Ce travail s’est réalisé en trois étapes :
Tout d’abord récupérer des objets, ensuite les selectionner et enfin passer à la réalisation pour leur donner une seconde vie.

L’un des objectifs que nous poursuivons dans cet atelier est de réveiller l’esprit créatif qui dort en nos enfants, de les initier à la création, de les pousser aussi à réfléchir sur les objets qui nous entourent et qui ont perdu leur usage, et auraient néanmoins la faculté d’éveiller l’imagination d’un public.

 Au début de mon intervention c’était difficile d’apprendre à ces enfants ma pratique. Il a fallut que fasse une petite démonstration rapide.

Ce projet a été un stimulant pour les enfants: ils sont aujourd’hui très motivés pour partager leur expérience avec d’autres enfants de leur quartier. Parmi ces enfants certains ont manifesté le désir de devenir des designers professionnels dans l’avenir ! 
J’ ai été très étonné par l’ouverture d’esprit créatif et la capacité que les enfants ont pu manifester en a peine trois seancées, puis, les choses ont avancées rapidement sans même que j’ai à donner des consignes.
Ma joie dans cette intervention c’était le fait de voir la motivation l’engagement au travail chez ces enfants.
Ils ont appris à observer, à écouter les consignes tout en les interprétant correctement. 
J’ai également proposé aux enfants un travail de peinture sur n’importe support et ils ont reussi à le faire sur toile, carton et bouteille, etc...
Ils ont manifestés une imagination débordante. 
Grace à ce travail de peinture sur plusieurs supports chaque enfant a pu extérioriser sa pensée sur l’Afrique d’aujourd’hui où règnent les viols et les guerres : c’etait pour eux une occasion de faire des «dédicaces» aux frères et soeurs, mères, pères de leurs parents.

Nous avons réussi à faire un travail collectif afin de créer une production d’objets eb série, un très bon travail de conception sur papier (croquis d’obervation), montage en maquette et réalisation à échelle 1. Des objets que les enfants ont réalisés à partir de bouteilles pvc recuperées dans certaines maisons des Congolais de Strasbourg.

source : http://www.esad-stg.org

--------------------------------------------------------

Osmane-Mbaye.jpg Ousmane Mbaye, www.coroflot.com/ousmane La recherche de l’équilibre motive ma démarche. Je cherche dans la matière brute une réponse esthétique à ce problème.

Expositions Personnelles

  • Regards sur Cours_Gorée 2011 
    Portes Ouvertes sur les ateliers, les cours et les jardins de Gorée.
  • FESMAN 2011 – Dakar - Sénégal 
    Exposition collective à La Biscuiterie Médina
  • Global African Project 
    Mad Museum - New York 
    Du 17 Novembre 2010 au 15 Mai 2011 
    www.madmuseum.org
  • OFF Dak’ART 2010 - Exposition Personnellle 
    Nouvelle Collection – Mobilier extérieur 
    Du 07 mai au 07 juin 2010
  • OFF Dak’ART 2010 – XALIL YOON – Exposition collective 
    La Sénégalaise de l’Automobile 
    Du 07 mai au 07 juin 2010
  • Salon Africain du Design de Cotonou 
    Du 26 au 30 Avril 2010
  • Salon International du Design de Francfort 
    Ambiente 2010 –Février 2010
  • Salon MAISON & OBJET – Paris 
    Janvier 2010
  • Salon MAISON & OBJET – Paris 
    Septembre 2009
  • Exposition au Festival Panafricain d’Alger 2009 
    Section Design : « Manières de vivres, relectures »
  • Exposition personnelle DEMDIK* Aller-retour 
    Au Viaduc des Arts à paris – du 08 au 21 juin 2009
  • Regards sur Cours_Gorée 2008 
    Portes Ouvertes sur les ateliers, les cours et les jardins de Gorée.
  • Fondation GAIA - Vente aux enchères 
    Paris – 08 Décembre 2008
  • Biennale Internationale du Design de Saint Etienne 2008 
    21 Novembre au 09 Décembre 2008
  • DAK’Art 2008 – 9 Mai / 9 Juin 2008 – Exposition Off 
    Galerie ATISS – Exposition collective.
  • DAK’Art 2008 – 9 Mai / 9 Juin 2008 – Exposition Off 
    Agence Caractère – L’Art au travail.
  • DAK’Art 2008 – 9 Mai / 9 Juin 2008 – Exposition Off 
    Restaurant La Frouchette 
    Aménagement du restaurant, meubles in situ.
  • DAK’Art 2008 – 9 Mai / 9 Juin 2008 – Exposition In 
    Galerie le Manège
  • Le Meilleur de l’Art Sénégalais_Mars 2008 
    Exposition collective dans le cadre du Pavillon Culturel du Sénégal 
    A l’occasion du sommet de l’O.C.I.
  • Démarches Urbaines_Galerie le Manège 2007 
    Exposition pluridisciplinaire peinture & design
  • Festival Ososphères_Strasbourg_La laiterie 
    Réamènagement et créations de meubles pour le réceptif de la salle de spectacle. 
    Exposition personnelle dans le cadre du Festival des Musiques Electroniques
  • Regards sur Cours_Gorée 2007 
    Portes Ouvertes sur les ateliers, les cours et les jardins de Gorée.
  • Biennale Internationale du Design de Saint Etienne 2006 
    Sélectionner dans la catégorie Savoir-Faire 
    22 Novembre au 03 Décembre 2006
  • Regards sur Cours_Gorée 2006 
    Portes Ouvertes sur les ateliers, les cours et les jardins de Gorée.
  • OFF DAK’Art 2006_Salon Michèle Ka 
    Exposition Personnelle.
  • OFF DAK’Art 2006_Galerie Toguna 
    Exposition Personnelle.
  • Salon Michèle Ka_Décembre 2005 
    Le Design dans tous ses états_Meubles & Lampes.
  • Regards sur Cours_ Gorée 2005 
    Portes Ouvertes sur les ateliers, les cours et les jardins de Gorée.

Artisan_Frigoriste 
Froid Moderne_Directeur technique

  • Entretien et réparation. 
    BD Martin Luther King - Face village artisanal de Soumbedioune.

Artisan_Socleur

Conception et réalisation de socles, supports, vitrines. 
Aménagement d’espace.

Directeur Artistique événementiel

  • Conception et réalisation de hardware pour des événementiels. 
    Aménagement d’espace.
  • 32ème conférence de la Banque Islamique de Développement - Mai 2007 
    Exposition du meilleur de l’Artisanat d’Art Sénégalais 
    A l’hôtel Méridien
  • Soirée Marlboro Red Racing School – Juillet 2007 
    Soirée événementielle V.I.P. – 400 personnes 
    Au Cercle Mess des Officiers
  • Soirée Fusion Attijariwafa Bank et BST 
    Soirée événementielle interne – 300 personnes 
    A l’hôtel Sokhamon
  • Sommet International de l’O.C.I. 
    Création, construction, implémentation et animation du 
    Pavillon Culturel du Sénégal dans le cadre du sommet de l’O.C.I. 
    5 thèmes différents pour 5 jours d’animations dans 5 décors différents.
  • Lancement Emirates à Dakar 
    Soirée événementielle V.I.P. – 400 personnes 
    Régisseur Général Décoration 
    Hôtel Méridien Président
source : http://www.ousmanembayedesign.com
-------------------------------------------------------
vincentniamienphoto.jpg Vincent Niamien, Né en 1956 à N'Gattadollikro ( Côte d'Ivoire ). Présentation
 Ben a dit : Sankara avait raison, Malcom X avait raison, Vincent aura raison.

Entre parenthèses : Ben est un ami de Vincent.
(Vincent Amian Niamien) : artiste designer ivoirien.
VA = Valeur Ajoutée
Niamien : signifie Dieu en baoulé.
vincent amian niamien : Dieu de la matière, des matières, du bois et du fer.
Son père était sculpteur.
Lui est loin des regards, le Stark africain : pureté des lignes, spiritualité des formes, sensualité de l'objet.
Il fait naître de ses mains ses chaises, inspirées de la société ancestrale, leur donne une âme hors du temps.
Il crée d'autres meubles, d'autres objets.
Objet d'art éternel entre art primitif et design contemporain
Objet d'art métisse entre l'Afrique et l'Occident, entre bois et métal.
Objet d'art né des mains et de l'esprit d'un artiste pris entre deux chaises.
Entre tradition et modernité : Vincent a déjà raison.
Vincent se qualifie d'artiste designer.
Aujourd'hui il s'ouvre vers d'autres médiums : décors, illustrations, logos, trophées …
Géni des formes et de la matière, artiste nomade, il sculpte et installe.
Le Feu sacré est en lui. 
Vincent Niamien, homme de lien entre la France et la Côte d'Ivoire.
Il adule Beaubourg, symbole de la modernité. De tubes en extrême pointe dentelée de fer, il s'éprend de la Tour Eiffel.
Il a aussi en lui les formes africaines, formes de son enfance, images d'un village d'art et d'or.
Vincent ne pourra qu'avoir raison.
Niamien ira loin.
Et déjà, il pose la première pierre …

Sylvie Le Gall

Formation artistique

1984-1987 Arts Décoratifs à Nice ( France ).
Diplômé en 1987 dans la spécialité Design Mobilier ( Option Environnement )
1977-1983 Beaux Arts - Département Architecture-Intérieure à Institut National Supérieur des Arts et de l'Action Culturelle ( INSAAC ) à Abidjan ( Côte d'Ivoire )

Enseignement

Depuis 1994 Intervenant en Design Mobilier au département d'architecture intérieure aux Beaux-Arts ( INSAAC ) à Abidjan
1989-1993 Professeur d'Arts Plastiques et de Dessin Scientifique au Collège Notre Dame du Plateau à Abidjan

Interventions

2000 et 2001 Intervention sur le design et son évolution en Côte d'Ivoire auprès d'étudiants américains
1997 Intervention lors du débat sur le design dans le cadre de la professionnalisation de la création africaine au salon "K'PALEZO" à Abidjan
1996 Communication sur le thème : " L'apport du design à l'artisanat" au SIAO ( Salon International de l'Artisanat Africain de Ouagadougou )

source : http://www.aaars.free.fr


Commenter cet article