Humeur du mercredi : « TAIS-TOI ONCLE TOM ! » - par Lascony Nysymb

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

Koffi-Annan.jpg

                                                       Koffi Annan

 

 

 

Humeur du mercredi : « TAIS-TOI ONCLE TOM ! »

Un NEGRE au sommet peut faire chuter toute l'Afrique, l'Histoire et l'actualité ne cessent de nous le prouver. J'espère qu'il n'y aura jamais de PAPE NOIR, si non l'Afrique sera encore plus en danger.

L'Afrique doit à tout prix se débarrasser d'une certaine ELITE complexée, stupide, soumise et mendiante, autrement, elle restera éternellement sous domination culturelle, religieuse, économique et militaire. Il serait judicieux de s'inspirer des méthodes PACHTOUNES pour inhiber la TRAHISON en Afrique. L'ancien secrétaire général de l'O.N.U, KOFI ANNAN déplore le souhait des Etats africains de se soustraire de la C.P.I (Cour Pénale d'Injustice), dont la clientèle est à 99 % africaine, pour ne pas dire nègre. 34 Etats africains sur 54 ont ratifié le statut de Rome, ce qui prouve l'intérêt des Africains pour la JUSTICE. Sauf que depuis sa création en 2002, la C.P.I ne juge essentiellement que des dirigeants africains. Il est vrai, qu'il y a beaucoup d'impunité en Afrique et que de nombreux dirigeants africains mériteraient de se retrouver à la barre, à défaut d'être fusillés. Mais qu'en est-il de GEORGE BUSH père et fils, de TONY BLAIR, de COLIN POWELL, d'ARIEL SHARON, de NICOLAS SARKOZY, etc ? Tous ces BOUCHERS se la coulent douce dans des somptueux manoirs. Aucun d'eux n'a encore été convoqué par FATOU BENSOUDA, la nouvelle CONCIERGE de la cage aux Nègres. 

S'il y a un AFRICAIN qui mériterait d'être jugé à la Haye pour non assistance à PEUPLE en DANGER, c'est bien KOFI ANNAN. Ce VAURIEN était secrétaire général ADJOINT de l'O.N.U pendant le génocide au Rwanda et il n'avait pas oser lever le petit doigt pour stopper l’hémorragie. 

La coupe est pleine, les Etats africains doivent se retirer de la C.P.I devenue l'instrument des prédateurs. Ce sera un fardeau en moins pour le continent. 

« Le bourreau porte toujours un masque, celui de la justice», le poète polonais STANISLAW JERZY LEC n'avait-il pas raison?

Commenter cet article