Jacob Zuma à Kinshasa pour relancer un méga-projet hydroélectrique à Inga

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

Kinshasa, 11/11/2011 / Politique
Le président sud-africain Jacob Zuma et son homologue congolais Joseph Kabila, présideront ce week-end la signature d'un protocole d'accord (MOU) portant sur la réalisation d’un projet hydroélectrique géant visant à renforcer l'accès à l'énergie propre et efficace sur tout le continent.
Le président sud-africain Jacob Zuma arrive à Kinshasa samedi pour signer un accord visant à relancer le projet (MoU) d’un méga-complexe hydroélectrique à Inga, dans le Bas Congo (ouest de la République démocratique du Congo), a indiqué la présidence sud africaine jeudi.

M. Zuma doit présider avec son homologue congolais Joseph Kabila la signature d’un protocole d’accord pour le projet Grand Inga, qui, s’il est achevé, doit avoir une capacité de quelque 40.000 mégawatts.


Cette capacité est presque équivalente à la production d’électricité actuelle de toute l’Afrique du Sud, qui est de loin la plus importante dans la région.

Cela permettra d’améliorer l’accès à une énergie propre et efficace à travers le continent [africain] et de contribuer de manière significative à [la mise en oeuvre d'] une économie produisant peu d’émissions carbonées et au développement économique, a noté la présidence sud-africaine.

Les ministres de l’Energie des deux pays doivent signer l’accord, qui ouvrira la voie à des pourparlers devant déboucher sur la signature d’un traité entre les deux pays dans les six mois.

L’accord de samedi prévoit aussi que le groupe sud-africain d’électricité Eskom et son homologue congolais SNEL (Société nationale d’électricité) s’entendent pour l’exécution du projet.

La République démocratique du Congo songeait à relancer le complexe d’Inga – deux ouvrages construits sous le président Mobutu qui fonctionnent à capacité réduite, faute d’une maintenance adéquate – depuis une dizaine d’années, et la croissance des besoins en énergie de la région ont rendu le projet plus urgent.

Les installations actuelles devront être réhabilitées et de nouvelles centrales construites pour profiter de la puissance des rapides d’Inga.

Des études ont montré que le complexe d’Inga devrait pouvoir produire de l’électricité pour toute l’Afrique australe.

Dans un communiqué, le porte-parole du ministère des Relations internationales, Clayson Monyela a déclaré que le "Grand projet Inga", d'une capacité estimée à 40000 MW et possédant le potentiel pour changer le secteur africain de l'énergie, augmentera la capacité de production africaine.

"Cela renforcera l'accès à l'énergie propre et efficace sur tout le continent et contribuera considérablement à une économie faible en dioxyde de carbone et au développement économique", a souligné M. Monyela.

Il a expliqué que ce projet était le résultat de négociations entre les deux gouvernements.

Il sera signé par la ministre sud-africaine de l'Energie, Dipuo Peters, et son homologue congolais Gilbert Tshiongo.

 M. Monyela a indiqué que M. Zuma avait demandé que le processus de négociations sur le traité donnant effet au MoU commence immédiatement et soit achevé dans les six prochains mois.

Le traité proposé créera un environnement favorable et le cadre nécessaire pour l'application du projet, y compris les étapes importantes pour l'exécution du Grand projet Inga, a-t-il ajouté.

AFP/XINUA/MMC

Publié dans Economie-Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article