KINDOKI !!!-par Nsaku Kimbembe

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

La terrifiante réalité du kindoki

Pour comprendre la terrifiante réalité du kindoki, il faut se remettre à la culture et au savoir du mbongi. Le mbongi est la seule école qui peut nous édifier sur la question.

Kindoki est intimement lié à la kanda (clan, lignage). Le savoir traditionnel du mbongi nous apprend qu'il existe dans chaque kanda une énergie extraordinaire qui se présente sous la forme d'un "Récipent". Ce "récipient" recueille toutes les formes et toutes les énergies dont la kanda a besoin. Les Bakongo-lari désignent ce "récipient" par le terme KINTWADI qui signifie: l'harmonie. Cette énergie se nomme effectivement " l'harmonie de la kanda" (kintwadi-kia-kanda). les énergies vitales de la kanda se résument à un seul mesage : KINTWADI(l'harmonie). Lorsque les membres d'une kanda sont dans le kintwadi, ils accomplissent des merveilles et obtiennent tout ce qu'ils désirent. Cela se traduit par l'expression : "bîba bia yangalala" (les ancêtres sont heureux).

Qu'est-ce que la kanda ?

La kanda est un canal d'énergies. Elle est l'incarnationde la divinité. Kanda est la divinité décentralisée. Chez les Bakongo, la divinité ne s'incarne pas dans un individu ; elle s'incarne dans chaque kanda. C'est de l'intérieur de la kanda que l'on trouve la divinité.

KINTWARI est une énergie du pôle masculin qu'on appelle KIMBAKALA (des Bakongo portent ce nom) ; elle est présentée sous la forme du 2 (pelekete), mais aussi une énergie du pôle féminin qu'on appelle KINKENTO et présenté sous la forme du 5 (pakundungu). Ces deux énergies se lient pour recueillir toutes les énergies positives nécessaires à la vie et au fonctionnement de la kanda. Avec le KINTWADI, la kanda peut tout obtenir (je parle de la kanda et non de l'individu).


Par contre, le KINTWADI faisant défaut dans la kanda, ce "récipient" se vide de son énergie positive. Et comme la création ne supporte pas le vide, s'installent alors dans le "récipient-de-la-kanda" des énergies négatives pour l'activer. C'est ce que le NGANGA va diagnostiquer en ces termes :" bîba bia niôngà" (les ancêtres ne sont pas contents de vous). La grande énergie susceptible d'activer le "récipient" est le sang. C'est pour cela que les chrétiens parlent beaucoup du sang du Christ; et que certaines pratiques obscures recourent aux sacrifices humains pour récolter le sangen vue de... Le sang animal ou humain.


Dès que l'on parle de sang, le Kindoki est déjà là. Dès que le KINTWADI quitte la kanda, le kindoki prend sa place. C'est pour cela que le message fort du Kingunza est : KINTWADI-MU-MAKANDA (l'harmonie-dans -les-makanda). Cela a été le message central du kakisme, du mpadisme, des zéphyrinisme, du kingûnguna, du matsuwanisme et du kimbanguisme dans leurs début. L'origine du kindoki n'est rien d'autre que l'absence du KINTWADI dans la kanda. La force divine de la kanda se manifeste lorsque le KINTWADI est à son comble.


Lorsque les makanda entreront dans le KINTWADI ; lorsque ce dernier nourrira le "récipient" de son énergie, le kindoki disparaîtra. Seul le KINTWADI-KIA-KANDA arrivera à éliminer le kindoki qui mine toutes les makanda bakongo.Le remède du kindoki est le KINTWADI-KIA-KANDA. lLe KINTWADI dépend de chacun de nous. Chaque kanda possède ce "récipient" (que l'on y croit ou pas ; qu'on le sache ou pas). Si une kanda y introduit le KNTWADI, elle obtient le bonheur ; si elle y place le kitantu (la désharmonie), elle récolte le kindoki et, de ce fait, perd sa paix. Aucune religion, aucune politique, aucune police, aucune administration ne peut prétendre extirper le kindoki si le kitantu (la désharmonie) persiste dans la kanda. Le kitantu (la désharmonie) assure unterreau au kindoki.


D'après le savoir du mbongi des villages (où j'ai été éduqué et formé), l'origine du kindoki est le "récipient" de la kanda lorsqu'il est occupé par le kitantu comme énergie de substitution. On substitue l'énergie sanguine pour maintenir la force du "récipient". Il revient à chacun de le maintenir ou d'y mettre fin.


Voilà ce que nous apprend le mbongi sur la question. Je serais heureux d'apprendre ce que nous apprend l'université à ce propos.




Nsaku Kimbembe


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article