« L'AUDACE DU SUICIDE » - par Lascony Nysymb

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

ELOI-MACHORO.jpg

 
« Avec au cou le collier de commandement de la lune, avec autour du bras le rouleau bien lové du lasso du soleil, la poitrine tatouée comme par une des blessures de la nuit, aussi je me souviens. Au fait, est-ce que DESSALINES mignonnait à Vertières ? »

C'est du VOUDOU, le profane n'y comprendra rien. AIME CESAIRE, esthète et magicien du verbe, interroge RENE DEPESTRE, initié et brillant prosateur haïtien, sur la REVOLUTION de Saint-domingue dans une belle œuvre qui lui est dédiée (le verbe marronner). 

NUL N'EST INVINCIBLE, mais avant d'ouvrir un FRONT, tout combattant de la liberté doit d'abord évaluer les rapports de force pour ne pas précipiter ses compagnons dans la fosse (commune). ELOI MACHORO était aux KANAKS, ce que JEAN-JACQUES DESSALINES était aux HAITIENS, un guide très éclairé. En tombant l'arme à la main, il est devenu HEROS (oublié) et des Héros, les NEGRES en ont beaucoup trop pour s'en souvenir. Il leur faut donc des LIBERATEURS. 

MACHORO exécuté, la lutte pour l'indépendance s'est éteinte comme un feu de paille en NOUVELLE-CALEDONIE. 

Les derniers RECALCITRANTS se sont fait arroser dans la GROTTE D'OUVEA, lieu de pèlerinage d'où s'échappe une odeur pestilentielle.

LA GUERRE EST UNE AFFAIRE DE CHAROGNARDS.

Photo : ELOI MACHORO, héros de la lutte pour l'indépendance de la KANAKY (Nouvelle-Calédonie).

Publié dans Objectivité

Commenter cet article