LA CULTURE DE LA MORT ET SES CHIFFRES - par Uhem Mesut

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

" Cette vénération pour des schémas dits de paix initiés par la "communauté internationale", marchand de la mort d'un jour et apôtre de la paix un autre jour, n'est possible que par des mentalités colonisées, totalement déconnectées de leur mémoire historique. Le problème africain est celui de se débarrasser de la mentalité coloniale et se protéger de la prédation des apôtres de la paix eurasiatiques. "
Uhem Mesut

chiffres-de-la-mort.png

Les 10 plus grands fournisseurs d'armes au monde sont tous à 100% des pays eurasiatiques ou dominés par les Eurasiatiques. Curieusement, ce sont également les mêmes qui sont les meilleurs évangélistes de la "paix" dans le monde, des "droits de l'homme", et bénéficient curieusement d'un grand prestige en tant que garant autoproclamé de la "morale universelle" auprès des esprits colonisés. 

N'est-ce pas là un comportement schizophrène chez ceux qui sont marchands de la mort un jour et apôtres de la paix un autre jour?

Comment peut-on permettre une telle supercherie si ce n'est que lorsqu'on a une mentalité de colonisé?

« Si la cité qui les vit naître languit dans l'oisiveté d'une longue paix, ces chefs de la jeunesse vont chercher la guerre chez quelque peuple étranger: tant cette nation hait le repos! D'ailleurs on s'illustre plus facilement dans les hasards, et l'on a besoin du règne de la force et des armes pour entretenir plusieurs compagnons. […] Vous leur persuaderiez bien moins de labourer la terre et d'attendre l'année que d'appeler des ennemis et de chercher des blessures. C'est à leurs yeux paresse et lâcheté que d'acquérir par la sueur ce qu'ils peuvent se procurer par le sang... » Tacite, "Moeurs des Germains" (chap. 14).

En effet,

« De même, il convient de ne pas oublier que bon nombre de guerres africaines étaient montées de toutes pièces par les Européens. Car ces conflits favorisaient le commerce de captifs ou leur permettaient de protéger les souverains acquis à leur cause. Joseph Elzear Morenas à lui-même attesté que: 

"A mesure que les demandes des négriers augmentent, les guerres se multiplient […] Elles deviennent plus rares dans les contrées que la traite cesse de désoler" 

[…] Autre exemple, M. Poncet alors Gouverneur de Gorée en mai 1764, avertit le ministre de ses intentions d'entraîner le Damel Madior et le Buurba Dyolof dans une guerre intestinale farouche, afin d'affaiblir les deux souverains pour qu'ils ne soient pas en mesure de s'opposer à la pénétration française: 

"Kayor appartient à Damel dont je suis sûr, nous sommes entièrement liés d'intérêts… Pour celui d'Yloff dont le roy se nomme BourbaYoloff, je ne sçai s'il me fera quelques difficultés, mais s'il ne veut pas s'arranger avec moy, je luy ferai faire la guerre à Damel. Les Roys de Cayore et de Yoloff sont ennemis dès l'instant qu'ils sont Roys, Bourbayoloff ayant intérêt à l'affoiblir. Je leur ferai assez bien sentir leur intérêt et je donnerai à Damel des Présents de poudre et de balles afin de l'engager à attaquer Bourbayoloff, je pourrois même lui fournir un détachement et du canon de campagne."

Ce passage illustre encore la mauvaise foi des historiens européens qui passent généralement sous silence, le rôle des nations européennes dans la prolifération à outrance des conflits entre royaumes africains. Et nous pourrions encore citer le gouverneur anglais de St Louis qui en 1780, pour approvisionner son commerce en captifs, monta les Maure contre les Ou Ali:

"Il leur fournit des armes, des munitions et autres secours nécessaires et en deux ans, le pays de Ouate fut dévasté. La mort ou l'esclavage dévorèrent la population".

Sous leur impulsion, l'Afrique se transforma alors en champ de bataille. » Jean Philippe Omotunde, " La traite négrière européenne: Vérité et mensonges (volume 3)" p.94 et 95.

Alors, est-ce qu'aujourd'hui la situation a changé? Non!! Les recettes sont restés les mêmes et le cas de RDC le prouve avec un bilan de morts à donner le vertige. C'est ainsi que l'ambassadeur de Russie en RDC, Anatoly Klimento, demande aux Congolais ce 2 avril 2013 de cesser de croire au Père Noël comme des enfants: 

« Le gouvernement du Congo de concert avec ses partenaires devra fructifier ce temps [la présence de la Brigade] pour bien renforcer ses forces de sécurité, son armée, afin d’être capable de résoudre ses problèmes, tout seul, sans l’assistance des puissances de la communauté internationale » (À lire:http://radiookapi.net/actualite/2013/04/02/la-russie-invite-la-rdc-profiter-de-la-presence-de-la-brigade-de-la-monusco-pour-reformer-son-armee/)

À moins d'avoir une mentalité de colonisé, tout esprit sain comprend aisément qu'il est absurde de donner du crédit à ceux qui ont et continu de répandre leur culture de la mort à travers la planète. Cette vénération pour des schémas dits de paix initiés par la "communauté internationale", marchand de la mort d'un jour et apôtre de la paix un autre jour, n'est possible que par des mentalités colonisées, totalement déconnectées de leur mémoire historique. Le problème africain est celui de se débarrasser de la mentalité coloniale et se protéger de la prédation des apôtres de la paix eurasiatiques.

 


Publié dans Economie-Politique

Commenter cet article