La KORA, fabuleux instrument de musique africain - par Beauty Of Africa

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

KORA.jpg

La Kora est un instrument de musique à cordes traditionnel africain, plutôt d’Afrique de l’Ouest : Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie, Guinée … C’est l’instrument par excellence des griots (« communicateurs » traditionnels).

Selon la légende, la première Kora était l’instrument personnel d’une femme-génie qui vivait dans les grottes de Kansala en Gambie. Impressionné et ému par la musique de l’instrument, un grand chef de guerre, Tiramakhan Traore, décida d’en déposséder la femme-génie. Aidé de ses compagnons de chasse, il récupéra l’instrument qui échut à Djelimaly, le griot du groupe. Djelimaly la transmit à son fils Kamba. Et ainsi elle passa de pères en fils.

La kora est constituée d'une grosse demi-calebasse de 40 à 60 cm de diamètre, évidée et percée d'un trou de 10 cm de diamètre et décorée plus ou moins richement. Elle est recouverte d'une peau de vache, de bœuf, de cerf ou de daim, parcheminée tendue mouillée, qui sert de table d'harmonie et dont dépend l'ampleur du son.
Le manche long d'environ 1 m 20 à 1 m 40 assure la liaison entre les principaux éléments vibrants de la kora (cordes et calebasse) et est fait traditionnellement d'une longue pièce de bois de vène appelée guénou ou guéni (palissandre du Sénégal).

Les cordes de la kora (à l'origine en fibres d'écorces de baobabs) reposent sur un grand chevalet en bois, maintenu sur la peau par la seule pression des cordes dont le nombre est généralement de 21.
Cependant, on rencontre parfois des koras équipées de 22 à 28 cordes, notamment en Casamance au Sénégal, et il existe même un modèle spécial de 32 cordes.

La plus grosse des cordes est appelée bajourou, ce qui signifie la mère-corde. Les boyaux d'autrefois ont été aujourd'hui remplacés par du fil de pêche de différents diamètres (de 0,5 mm à 2,40 mm - les cordes les plus basses sont parfois des tresses de fils de diamètre inférieur), voire des cordes de harpe chez les koristes professionnels. Les cordes sont traditionnellement accrochées au manche par des anneaux en peau de vache (ou de bœuf), serrés autour de celui-ci. Aujourd'hui, des chevilles en bois à friction ou des clés mécaniques (type guitare) peuvent équiper les koras afin de faciliter leur accordage. À l'autre extrémité, les cordes sont reliées par de la drisse à un cordier en passant par un chevalet en bois qui assure la liaison mécanique entre les vibrations des cordes et la peau.

On en joue debout ou assis, l'instrument devant soi, le manche bien en face, à hauteur des yeux. On empoigne les bulkalamo des deux mains et on joue avec les doigts (pouces et index) des deux côtés du chevalet, comme pour une harpe.

De grands artistes ont popularisé cet instrument, on peut citer Lamine Konté, qui est le griot qui a le plus popularisé la musique mandingue, Djelimady Sissoko, Toumani Diabaté, Ballaké Sissoko, Soriba Kouyaté,sekou kouyate le jimi hendrix de la kora ,Ba Cissoko, Foday Musa Suso ou des virtuoses de la nouvelle génération tel Ali Boulo Santo qui a rajouté des pédales d'effets (wah wah, flanger...) sur son instrument, ainsi que Djeli Moussa Diawara, qui a 32 cordes à son instrument, sans oublier Ousmane Kalil Kouyaté, Kandia Kouyaté, du groupe Kanjha kora, et Zoumana Diarra, qui a 44 cordes à son instrument.
Une nouvelle approche de la kora, qui prend ses racines dans les travaux des moines de l'Abbaye de Keur Moussa (Sénégal), est principalement incarnée par le Frère Dominique Catta, moine de Keur Moussa, et par le compositeur français Jacques Burtin. Le Frère Dominique Catta a introduit la kora dans la liturgie chrétienne à partir des années 1970 ; avec lui, la harpe africaine a dialogué pour la première fois de son histoire avec des instruments occidentaux. Jacques Burtin, tout en prolongeant ces acquis, a également introduit la kora dans le monde de la création artistique contemporaine (dialogue avec les arts plastiques, création interdisciplinaire, musiques de scène).

Voilà, maintenant vous savez tout sur ce fabuleux instrument de musique africain qui ne peut pas vous laisser indifférents !

source : 

http://www.facebook.com/photo.phpfbid=445338905550968&set=a.163121997105995.42184.163114827106712&type=1&theater

Commenter cet article

antoine 15/09/2013 21:37


bonjour!


bien bel article sur ce magnifiqueinsrument! J'en profite pour donner l'info sur le festival La Kora Dans Tous Ses Etats 6# qui a lieu les 12-13 octobre prochain à Clichy.


Plus d'infos sur le site Korafoll'art.


merci!


 


à bientôt


antoine