"La plupart des adultes que je connais n'ont pas découvert ces secrets"-par Christian Godefroy

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

"A Time Of Sensitivity"
by Larry Poncho Brown

C'était une petite dame âgée et
souriante. Mademoiselle Hubert,
vieille fille de son état.

Ma prof de dessin. J'avais 10
ans et elle m'aimait bien, je le
sentais.

J'aimais bien peindre et
dessiner. Tellement que je
peignais et dessinais
discrètement pendant les autres
cours.

L'eau pour ma gouache? - de la
salive.

La peinture? - de la gouache
séchée sur une feuille.

Les pinceaux? - Des pinceaux
minuscules auxquels j'avais coupé
une bonne partie du manche.

Et pour que personne ne le
remarque, je peignais des
miniatures de 5 sur 8 cm,
principalement des paysages qui
m'emmenaient loin du collège.

Mademoiselle Hubert voyait,
lorsqu'elle regardait un
tableau, des choses que la
plupart des gens ne voient pas.

Vous allez peut-être penser que
ce qu'elle ma enseigné était
évident.

Pourtant la plupart des adultes
que je connais n'ont jamais
découvert ces secrets.

La chose la plus importante:
regarder et voir la structure de
la peinture.

Elle me mettait devant une
peinture et me demandait de
découvrir les lignes de force.

C'était comme si le peintre
avait caché dans son dessin des
lignes, et que je devais les
retrouver.

Ces lignes passaient d'un
personnage à l'autre, d'un objet
à l'autre, d'une surface à
l'autre, et de premier abord on
ne les voyait pas. Et plus on
regardait, plus elle devenaient
évidentes.

Elle m'a enseigné le nombre
d'or, 1,618. Un mystère de la
nature, un canon de la beauté qui
était lui aussi caché mais
présent.

Puis les couleurs, les rappels
de couleur, les couleurs
complémentaires qui
s'harmonisent.

Plus j'en apprenais, plus mes
yeux voyaient ce qui se cachait
derrière l'apparente simplicité
d'un chef d'oeuvre.

Mademoiselle Hubert m'a appris
à regarder au-delà de
l'apparence.

Vous regardez un film? Vous
posez-vous des questions sur son
rythme, la musique, les prise de
vue, le montage, le cadrage, le
scénario, etc.?

Vous lisez un article? Vous
demandez-vous pourquoi il est
passionnant- ou ennuyeux.

Vous regardez un être humain.
Vous posez-vous la question:
quelles sont ses motivations, ses
passions, qu'a-t-il découvert que
nous pouvons partager?

Il y a l'apparence des choses.
Il est bon de s'y fondre dans la
jouissance de l'instant.

Il y a leur structure, leur
signification profonde, comment
elles résonnent en nous.

Lorsque nous consommons, il est
bon de taire notre machine à
comprendre. Mais ensuite, qu'il
est passionnant de devenir le
producteur à notre tour, de
passer de l'autre côté du
spectacle, dans les coulisses, et
de percer les mystères de la vie.




©2010 Christian Godefroy, Chesières

Publié dans Objectivité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article