Le «ndolè» : Un légume contre la malaria

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

NdoleCameroun.jpg

Très apprécié dans les plats, il possède également des vertus thérapeutiques peu connues.

 


Variété alimentaire de la famille Vernonia Amygdalina, Hymenolepis et Calvoana, le ndolè) est une plante légumière très appréciée au Cameroun, notamment dans la région du Littoral. C’est donc sur cette facette qu’est connu ce légume vert de type épinard chez nous. Arbuste sauvage de la forêt équatoriale, endémique dans les régions humides montagneuses de l’Afrique du centre et de l’ouest, c’est surtout une plante cultivée dans les exploitations de polyculture et dans les jardins familiaux au Cameroun, mais aussi au Nigeria où il est appelé «Bitter Leaves» pour feuilles assez longues et plus ou moins larges et amères.

Sa culture nécessite une certaine altitude, avec des températures de l’ordre de 30°. Sa production culmine en saison des pluies (entre mai et août au Cameroun). Avec l’irrigation, on obtient deux ou trois récoltes par an, la plante demandant entre 4 et 8 semaines pour produire des feuilles consommables après semis ou repiquage, le renouvellement des plants s’effectuant régulièrement. Ses feuilles sont récoltées jeunes, avant leur durcissement. Au Congo Brazzaville, de bonnes soeurs de la congrégation de Ribeauvillé l’ont utilisé à d’autres fins. Chauffé, le jus extrait du «longobololo» (en lingala) devient un médicament contre la malaria. Sa consommation est aussi recommandée à titre préventif. Plante aux vertus thérapeutiques contenant des protides, des lipides et des vitamines, ses feuilles et ses racines sont utilisées dans le traitement des parasites intestinaux, des menstruations douloureuses ou des maux de tête persistants. A l’hôpital traditionnel de Keur Massar, au Sénégal, les Vernonia entrent dans la composition de nombreux remèdes. Selon des recettes de grand-mère, dans le département du Mbam et Inoubou au Cameroun, le liquide tiré de ses feuilles, utilisé pour la purge, est efficace pour le nettoyage gastrique.

Le ndolè est aussi utilisé pour le traitement des blessures. Des décoctions de ses feuilles servent dans le traitement de la fièvre, de l’hépatite et de la toux. D’autres lui trouvent des vertus comme laxatives, d’autres encore affirment qu’il favorise la fécondité. Les feuilles du ndolè sont aussi employées contre la gale, les maux de tête et d’estomac. Des extraits de ses racines servent aussi à soigner le paludisme et les troubles gastro-intestinaux. Les humains, mais aussi les chimpanzés, ingèrent la moelle amère de Vernonia amygdalina pour lutter contre les infections intestinales dues aux nématodes. Au Zimbabwe, on utilise l’infusion de ses racines pour traiter des infections sexuellement transmissibles. La même traite la fièvre et la diarrhée, et les fleurs séchées de ndolè s’emploient contre les troubles d’estomac.

Le Vernonia amygdalina est également utile pour lutter contre les maladies des plantes. La cendre tirée de ses branches sert à lutter contre les champignons transmis par les semences (Curvularia, Aspergillus, Fusarium et Penicillium spp.), améliorant ainsi la viabilité des graines et leur capacité de germination. Cette plante est aussi employée comme substitut du houblon dans la production de la bière. Et, selon certains naturopathes, son usage est approprié dans le traitement des rhumatismes ou encore du diabète. Autant vertus qui pourraient justifier son nom de « plante guérit-tout ».

 

source : http://infos.cm/ndole-legume-contre-malaria/

Commenter cet article