Les Cauris-Coquillage d'Afrique

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

Les CAURIS (Coquillage d'afrique)

Les cauris se prêtaient à plusieurs usages. Ils constituaient la monnaie en Afrique de l'Ouest, notamment à l'époque des grands empires du Ghana, du Mali et du Songhaï.
Une certaine valeur religieuse amenait les prêtres à confectionner des costumes entièrement ou en partie faits de cauris que revêtaient leurs porteurs de masques dans les manifestations cérémonielles, dans les bois sacrés.

Sur le plan symbolique, les cauris sont fréquemment mis en relation avec le féminin. Leur forme étant associée à celle du sexe féminin, les cauris peuvent être utilisés lors de rites de fécondité

Dans les milieux islamisés, les cauris servent à prédire l'avenir. Le consultant se rend chez le devin qui lui présente d'abord quatre cauris. Le premier murmure tout bas ou pense seulement l'objet de sa visite et souffle ou crache sur les cauris. Le second peut demander à son client de les jeter ensuite. Selon la disposition des cauris, le devin se montre déjà capable d'augurer de bons ou mauvais résultats.

C'est au 18e siècle que le Cauris, petit coquillage de l'Océan Indien, fit son apparition en Côte d'Ivoire. Jusqu'au début de la seconde guerre mondiale, le cauris a fait la fortune de ceux qui en possédaient beaucoup comme par exemple les Lobi qui l'utilisent encore parfois. Mais aujourd'hui, le cauris est passé de monnaie à part entière à objet d'ornements. Depuis le XVème siècle, les cauris servaient de monnaie d'échange dans la majeure partie de l'Afrique de l'Ouest. Ils n'étaient plus que de la menue monnaie dans un système de transaction où l'or, lui, représentait les grosses coupures. Puis les négociants européens importèrent des quantités énormes de cauris, ce qui eut pour effet de le faire disparaître de la circulation en tant que valeur monétaire

Commenter cet article