Les Tirailleurs Sénégalais-Commémoration

Publié le par Munsa Mâga

COMMEMORATION

11/11/2009 | 16:44 par Nadine Cotreau

Les Tirailleurs sénégalais à l'honneur à La Teste

- Commémoration du le 11 novembre en l'honneur des Tirailleurs sénégalais du camp de Courneau à La-Teste-de-Buch (33). - France 3 Aquitaine -

Commémoration du le 11 novembre en l'honneur des Tirailleurs sénégalais du camp de Courneau à La-Teste-de-Buch (33).

© France 3 Aquitaine

Célébration de la mémoire des Tirailleurs sénégalais en "hivernage" à La-Teste-de-Buch (33) pendant la grande Guerre.

La teste de Buch en Gironde a accueilli près de 25 000 soldats dont 16 000 Tirailleurs sénégalais en "hivernage" au camp du Courneau de 1916 à 1917. L'Union des travailleurs sénégalais en France s'associe depuis dix ans aux célébrations du 11 novembre et tient à ce que ce lieu soit mieux connu de tous.

Il ne reste rien du camp de Courneau hormis un monument aux morts situé en pleine forêt entre Cazeaux et La-Teste-de-Buch et un ossuaire qui abrite les dépouilles de 940 tirailleurs sénégalais morts pour la France. Ces hommes avaient été relevés du front en raison du froid qui les paralysait et dirigés vers les camps d’« hivernage » du Sud de la France et d’Afrique du Nord. 6 000 ont rejoit l’Algérie, près de 16 000 ont été placés dans le Camp du Courneau et 17 000 Tirailleurs « sénégalais » ont gagné les camps de Fréjus-Saint-Raphaël.

 

 


Les hommes ont été abrités dans des baraquements de bois pouvant accueillir près d’une centaine de soldats et complétés d'installations comme les cuisines, réfectoires, postes de surveillance, infirmeries, le tout dans un état déplorable. De nombreuses affections pulmonaires ont été constatées au camp du Courneau. Les Tirailleurs sénégalais ont définitivement quitté ce camp à l'été 1917.

 




Leur mémoire est honorée le 11 novembre depuis une dizaine d'années mais c'est la

première fois que la commémoration a pu se dérouler sur le site même du camp, grâce à une autorisation de la base militaire aérienne 120 de Cazaux. L'Union des travailleurs sénégalais a profité de cette occasion pour rappeler son combat pour la "décristallisation" des pensions militaires qui permettrait d'aligner la retraite des anciens combattants des colonies sur celles de leurs homologues français.

Le député (PS) Alain Rousset, auteur d'une proposition de loi à ce sujet, a rappelé que les anciens tirailleurs sénégalais touchent une pension de l'ordre de 150 euros environ contre 600 euros environ pour les combattants français. "Ce n'est pas un devoir de mémoire, c'est un devoir d'histoire et de vérité", a plaidé le président du Conseil régional d'Aquitaine.

Commenter cet article

Nadine Cotreau 18/11/2009 22:01


Merci d'avoir repris cette info. Vous avez rajouté une photo, peut être un document personnel... Dites m'en plus ! Merci
PS : vous pouvez commenter les articles sur france3.fr