Lettre ouverte aux chefs d'Etats africains-par Mufoncol Tshiyoyo

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

Qui a peur de Paul Kagamé parmi ses pairs
chefs d’Etats africains ?


L’Union Africaine réunie du 10 au 12 juillet 2003 à Maputo (Mozambique) a consacré
les principes suivants qui fondent son action :
• « l'égalité, la souveraineté et l'interdépendance des Etats »
• le strict « respect des frontières »
• la « non –ingérence » et l’interdiction « d'user de la force ou de menacer de la
force un autre Etat membre ».

Paul-Kagame.jpg

 

Cependant, les rapports accablants de l’ONU, des ONG et autres experts indépendants
mettent en exergue la violation et l’agression du territoire de la RDC par Paul Kagamé et
son armée.

 

Malgré cet indéniable constat, l’Afrique entière reste muette, silencieuse face aux crimes
perpétrés par Kagamé et sa soldatesque sur le territoire du Congo-Kinshasa.

 

Les Congolais se demandent ce qu’ils ont pu faire contre leurs frères africains pour que
ces derniers n’interviennent pas afin de stopper Paul Kagamé dans l’élan de son oeuvre
meurtrière.

 

Le silence de l’Afrique entière face aux crimes de Paul Kagamé sur le territoire du
Congo-Kinshasa sonne comme un abandon des principes chers à l’Union Africaine.

 

Le « tout puissant » Paul Kagamé remet en cause le principe de l’intangibilité des
frontières héritées de la colonisation sans que son défi « imposé » à l’Afrique ne soit
dénoncé par ses pairs qui siègent avec lui à l’Union Africaine.

 

Le silence de l’Afrique traduirait-il son adhésion au plan d’action qu’inflige Kagame au
peuple congolais qui ne peut plus compter sur son élite ?

 

Si les Congolais ne contestent pas le droit que chaque pays possède d’exprimer ses
appétits, ils s’étonnent cependant que Kagamé se l’octroye par des moyens illégaux.
Paul Kagamé serait-il intouchable ?
Qui parmi ses pairs auraient-il peur du chien dressé par les anglo-saxons ?

 

Dirigeants africains, arrêtez Paul Kagamé aujourd’hui car, demain il sera trop tard !!!
Le Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC craint que désormais, rien ne
puisse stopper cet homme !

 

Dans les sphères de haute conscience, les congolais « patriotes et vigilents » s’évertuent à
considérer cette question :

 

Doit-on appréhender l’indifférence affichée par les chefs d’Etats africains face Kagamé
comme le prix à payer par les congolais pour les erreurs et les crimes commis par le
maréchal Mobutu qui faisait et defaisait en son temps des « rois » africains pour le
compte de ses maîtres ?

 

Aux « leaders » africains qui usent de protocole sans invoquer le « droit d’ingérance » ,
nous rappellons :

 

1. Que c’est le droit de toute nation responsable face à une situation humanitaire
désastreuse. « le cas du Congo Kinshasa ».


2. Le principe de « convergences parallèles » qu’on aurait déjà dû imposer à
Kagamé.

 

Prenant en compte les faits que :

 

1. La stabilité de la RDC est un élément majeur pour une paix durable en Afrique
central. Franz Fanon affirmait déjà que l’Afrique a la forme d’un revolver dont la
gâchette se trouve placée au Congo Kinshasa.


2. Le peuple congolais et la RDC ne sont impliqués ni de près ni de loin au génocide
perprétré par des rwandais au Rwanda !!!


3. Six millions de congolais ont été sacrifiés pour les intérêts d’acteurs non africains au
travers de la main de Kagame sans la moindre résistance du pouvoir actuel à
Kinshasa qui lui reste inféodé.


4. Les conséquences du désastre congolais peuvent s’étendre demain sur tout le reste
du continent.

.
Au nom de tous les morts congolais et de tous ceux qui se sont sacrifiés pour l’Afrique ;
le R.A.P, Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC, qui est prêt au combat
armé, en appelle au soutien des dirigeants africains courageux.
La lutte politico-militaire mené par le R.A..P a aussi pour objet de redorer le blason terni
de notre continent tout entier !


Mufoncol Tshiyoyo
Président National
du Rassemblement Pour l’Alternative Politique en RDC
R.A.P, mouvement politico-militaire

 

Mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com
GSM 004745007236

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article