Nos enfants apprennent des insanités à l'école!

Publié le par Munsa Mâga

Nos enfants apprennent des insanités à l’école

La falsification historique

Nos enfants apprennent des insanités à l’école

 

Les collégiens de la classe de 4e , en France, sont les victimes de la falsification historique. Des écrivains philosophes anti-nègres sont présentés dans leur « livre de français » comme des hommes qui combattaient l’esclavage. En réalité, il s’agit de racistes du « siècle des Lumières » comme Montesquieu, Voltaire, Diderot et de bien d’autres.

La falsification, au niveau des livres scolaires, n’est pas une chose nouvelle (Nous avons appris, par exemple aux Antilles, mêmes les plus noirs d’entre nous, que nos ancêtres étaient les Gaulois ; il y avait même un nègre, Henri Salvador, qui chantait une chanson : « Nos ancêtres, les Gaulois... »). Nous profitons de cette rentrée des classes pour attirer l’attention de nos lecteurs sur une dérive habituelle. Nul ne doute que les auteurs de ces livres ont un réel mépris des Noirs, car ils connaissent la vérité.

Le Livre de Français des classes de 4e intitulé « Français 4e Livre unique » est édité chez Hatier. Il est réalisé sous la direction d’Hélène Potelet et parmi les auteurs ont y trouvent un agrégée de Lettres Classiques, deux agrégées de Lettres Modernes, un agrégée de Grammaire, quatre certifiées de Lettres Modernes.

« Le siècle des Lumières »

Ce livre de Français aborde « Le siècle des Lumières » à la page 182. Voici quelques extraits : « Après la mort de Louis XIV, Philippe d’Orléans assure la régence (1715-1723) jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Louis XV (1723-1774). A l’absolutisme rigoureux le Louis XIV succède une période de liberté et de renouveau. Les découvertes scientifiques depuis la fin du XVIIe siècle sont un des facteurs de ce renouveau : découverte par Newton de la loi sur la gravitation universelle (1687) ; débuts de l’électricité, de la machine à vapeur par Watt (1765) ; étude de Buffon sur les sciences de la nature (1749-1804)... Ces nouvelles connaissances modifient la conception qu’on avait jusque-là de l’homme et du monde. Par ailleurs, les voyages dans les pays étrangers se multiplient : depuis les grandes expéditions du XVIe siècle, les Européens ont découvert la vie et les mœurs des habitants du Nouveau Monde, d’Amérique, de Turquie, de Chine, de Perse, des Indes... Les penseurs et écrivains du XVIIIe siècle mettent en avant le fait qu’il n’y a pas qu’une vérité (tout est relatif) et engagent à porter un regard différent sur l’autre. L’esprit critique se réveille, les écrivains se tournent vers la réflexion philosophique. Ils s’interrogent sur le destin de l’homme, dénoncent les préjugés et se donnent pour mission d’éclairer les esprits aveuglés par les croyances trompeuses, d’où leur nom de « philosophes des Lumières ». Au nom de la raison, les écrivains philosophes (Montesquieu, Voltaire, Diderot, Rousseau) ainsi que le dramaturge Beaumarchais combattent l’intolérance, le fanatisme religieux, la guerre, l’esclavage et prônent le respect absolu de la personne humaine. Ils risquent dans ce combat la censure, la prison et l’exil, mais c’est à ce prix qu’ils construiront des valeurs qui rendront possible la Révolution française de 1789. » Et ce livre de Français rajoute pour Voltaire, à la page 183 : « Voltaire a excellé dans tous les genres... soulevant toujours la même question : le bonheur humain est-il possible dans un monde habité par le mal et la sottise humaine ? Toute sa vie, Voltaire s’est battu contre le fanatisme, l’intolérance et l’injustice. »

Que de mensonges dans ce livre de Français, le mensonge habituel. La réalité est tout autre.

Les livres du grand historien, spécialiste de philosophie politique, Louis Sala-Molins, « Les misères des lumières » et « Le Code Noir », nous éclairent sur la littérature des écrivains et philosophes européens à propos des Noirs, à l’époque des « Lumières ». Nous citons aussi quelques passages du livre de Cheikh M’Backé Diop (Docteur en sciences) « Cheikh Anta Diop, l’homme et l’œuvre ».

JPEG - 49.3 ko
Famille antillaise

Voltaire

Il participe à la bestialisation du Noir . Ici ce n’est pas le « grand » Voltaire mais le « petit » Voltaire (nous rassurons le lecteur, il n’y a pas eu de dédoublement de la personnalité, le sujet est conscient dans les deux cas). Voici ce que dit Voltaire : « Leurs yeux ronds, leur nez épaté, leurs lèvres toujours grosses, leurs oreilles différemment figurées, la laine de leur tête, la mesure même de leur intelligence, mettent entre eux et les autres espèces d’hommes des différences prodigieuses. Et ce qui démontre qu’ils doivent point cette différence à leur climat, c’est que des Nègres et des Négresses transportés dans les pays les plus froids y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu’une race bâtarde d’un noir et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une noire. » (Livre : Essai sur les mœurs et l’Esprit des Nations) Bref, pour Voltaire, les Noirs sont génétiquement moches et cons.

Montesquieu

Dans le livre « De l’esprit des Lois » , Montesquieu montre ses insuffisances : « Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête, et ils ont le nez si écrasé, qu’il est presque impossible de les plaindre...Des petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains » Bref, pour

Montesquieu

, la souffrance des esclaves est peu de chose.

Diderot et Raynal

Ces deux lascars suggèrent de faire bêcher les Noirs en cadence pour lutter contre leur mélancolie et accroître en même temps leur rendement.

Rousseau

Il ne souffle pas un mot sur l’esclavage lié à la traite franco-africaine. Le cas de la traite triangulaire et de l’esclavage euro-africain, de son temps, ne figure pas dans l’inventaire de son livre « Le Contract social ». Pas une syllabe sur l’esclavage euro-antillais dans le « Discours sur l’origine de l’inégalité ».

Il faut dire que ce « siècle des Lumières » était un véritable « siècle des ténèbres ». Lisons ce que disent les autres écrivains de ce siècle de démons :

Hegel

Il écrit dans « La raison dans l’histoire » : « L’homme en Afrique noire, vit dans un état de barbarie et de sauvagerie qui l’empêche encore de faire partie intégrante de la civilisation... », « Ce qui caractérise les nègres, c’est précisément que leur conscience n’est pas parvenue à la contemplation d’une quelconque objectivité solide, comme par exemple Dieu, la loi... »

Rousselot de Surgy

Il déconnait gravement : « Tout sentiment d’honneur et d’humanité est inconnu à ces barbares...Point de raisonnement chez les nègres, point d’esprit, point d’aptitude à aucune sorte d’étude abstraite...Leur naturel est pervers... »

Deslozières

Il est un digne précurseur du duo Le Pen-Mégret. Il bavait sur les Noirs dans « Les égarements du Négrophilisme » : « Par le métissage, le sang noir attaquerait en France jusqu’au cœur de la nation en déformant les traits et en brunissant le teint »

Michiels

Dans « La vie des nègres en Afrique », il crachait son venin : « La plus stupide, la plus perverse, la plus sanglante des races humaines », « Aucun progrès, aucune invention, aucun désir de savoir, aucune pitié, aucun sentiment » , « La couleur noire, la couleur des ténèbres est vraiment le signe de leur dépravation ».

Bossuet

Il se fait le confident de Dieu dans « avertissement aux protestants » : « Condamner un état qui pratique l’esclavage, ce serait condamner le Saint Esprit qui ordonne aux esclaves par la bouche de Saint Paul de demeurer dans leur état, et n’oblige point les maîtres à les affranchir »

Hugo

Dans un discours le 18 mai 1879, Victor Hugo montre son manque de culture sur l’Afrique : « Quelle terre que cette Afrique ! L’Asie a son histoire, l’Australie elle-même a son histoire qui date du commencement dans la mémoire humaine : L’Afrique n’a pas d’histoire »

Gobineau

Il refuse au nègre, dans son « Essai sur l’inégalité des races humaines », tout rôle majeur ou significatif dans l’évolution de l’humanité, vu l’infériorité de la race noire...fort proche du singe par tout le reste de son anatomie...peau rappelant la couleur du mal. Gobineau prouve ainsi son incompétence, son narcissisme et son racisme. Il lui reste la masturbation intellectuelle.

Bref, ces écrivains des « Lumières », deviennent des pisseurs de copie lorsqu’ils se mettent à parler de l’Afrique ou des Noirs. A tous ces auteurs, nous pouvons rajouter la complicité de l’église et des papes aux mêmes époques : Les papes sont complices de cette haine raciale. Ils sont même parmi les ténors. En 1454, le pape Nicolas V autorise au roi du Portugal à pratiquer la Traite. En 1885, les puissances européennes se partagent l’Afrique. Le pape Léon XIII sanctifie la rencontre de ces nations : « Dieu a crée cette terre pour nous, Amen ». Entre 1939 et 1958, pendant son pontificat, Pie XII ne voudra jamais des gardes noirs au Vatican. Il affirmera encore une fois ce refus d’avoir des nègres au Vatican lors de la victoire des Alliés sur les Nazis. C’est la seule faveur qu’il demande aux Américains ! Il est vrai que « le système papal » est douteux car après plusieurs centaines des papes, les souverains pontifes ont tous été des Blancs et surtout des Italiens. (Si il faut s’en tenir au Christianisme, Dieu est blanc et Italien !)

JPEG - 39.3 ko
Vente d’esclaves

Conclusion

Nous avons le droit d’être exigeant pour la formation de nos enfants. Les professeurs ont le devoir d’enseigner la vérité aux élèves et ils doivent être aidé par les décideurs de programmes scolaires. Cependant, manifestement, la France a choisi le mensonge. Elle cache tout ce qui peut la disculper et elle met en avant tout ce qui peut la valoriser. Elle souhaite rendre, les enfants noirs et métis, adorateurs des bourreaux de leurs ancêtres. Elle falsifie l’Histoire des Nègres (Égypte, etc.). Il semble que son désir est de rendre « con » au maximum les Nègres. Bref, son but est l’anéantissement de la Conscience Noire.

Un conseil pour la cure de désintoxication : Surveillez les programmes scolaires de vos enfants et racontez à vos enfants les époques où nous étions les rois sur terre.

Commenter cet article

Munsa Mâga 08/11/2009 15:40


Que faire??? Créer au travers de Toute la Diaspora un Réseau d'Etude et d'Intégration de Notre Histoire, faire découvrir à nos enfants nos Savants, Ecrivains, Hommes politiques, Philosophes,
Leaders, NOS ANCÊTRES, tout ce que nous sommes. Mes filles sont métisses, elles sont donc riches de plusieurs cultures.

Elles apprennent certes, à l'école, l'histoire de France et de l'Occident telle que le système néocolonialiste veut bien l'enseigner.
Mais à la maison nous apprenons Notre Histoire, la Vraie avec les démentis sur la falsification historique afin de leur donner une vision objective du monde et, surtout, de leur faire prendre
conscience de leur part Kamite et que cette part est Noble et Riche (contrairement à ce que voudrait faire croire l'enseignement Occidental).

Mais à la maison nous apprenons Notre Histoire, la Vraie avec les démentis sur la falsification historique afin de leur donner une vision objective du monde et, surtout, de leur faire prendre
conscience de leur part Kamite et que cette part est Noble et Riche (contrairement à ce que voudrait faire croire l'enseignement Occidental).

Les enfants sont l'Avenir d'une Nation, replissons notre rôle de parents, d'Aînés et d'Anciens, apprenons-leurs Notre Histoire, faisons en sorte qu'ils soient fiers d'être Kamites, qu'ils aient des
références que plus personne ne pourra discuter ou discréditer!
C'est notre devoir d'adultes, Peace ♥

Munsa Mâga