Nous sommes tous ivoiriens-par Bruno Ben MOUBAMBA: "Une bataille pour l’honneur et pour l’histoire de nos pères et nos mères, et non celle du triomphe de la « démocratie libérale" !

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

Nous sommes tous des Ivoiriens !


 

 

L’avenir de toute l’Afrique francophone se décidera sans doute  à Abidjan dans les temps à venir. C’est désormais un fait indéniable ! Les Africains doivent comprendre qu’il s’agit là, d’une bataille pour l’honneur et pour l’histoire de nos pères (et nos mères), et non celle du triomphe de la « démocratie libérale » !

En d’autres termes, ce qui est en jeux finalement, ce n’est pas le vainqueur d’une élection ratée d’avance par absence de paix (les élections africaines sont des  leurres en général pour d’autres stratégies) mais la possibilité d’enrichir ou non les Africains.

Il ne faut se faire aucune illusion, les Peuples Arabes sont riches parce que les multinationales n’ont pas d’autre choix  que de leurs laisser une « grosse part du gâteau » gazier ou pétrolier. Les Russes sont devenus riches aussi grâce au gaz et au pétrole de Sibérie ! Mais les Occidentaux ne souhaitent pas lâcher à leurs anciens esclaves des parts conséquentes de la richesse africaine, qui amélioreraient le niveau de vie général. De fait, ils préfèrent soutenir des personnalités extrêmement narcissiques, qu’ils enrichissent et qui en retour livrent leurs pays à la gabegie : Mobutu, Sassou, Déby, Eyadéma, Biya, Bongo …etc.

Or, donner la clef d’un pays riche à certains types de psychologies, c’est comme lâcher des prédateurs sexuels du type Dutroux en Belgique ou Fourniret en France, dans une école maternelle. L’image est difficile, voire insupportable mais il n’y a pas meilleure illustration du drame africain.

Les Européens ne firent jamais la chasse aux esclaves directement, ils ne faisaient que les racheter aux esclavagistes Africains qui étaient souvent des personnalités  pathologiquement insensibles à la douleur de leurs frères, surtout s’ils étaient d’une autre tribu.

Alassane Ouattara est vraisemblablement l’homme des Occidentaux comme Kassa-Vubu au Congo de 1960 ; Laurent Gbagbo malgré tous les gages donnés à Bolloré, Bouygues et Vinci n’aura jamais gouverné car pas assez malléable mais pas assez Lumumba non plus ; Guillaume Soro tel un Joseph Mobutu attend l’heure propice … Il a été le Premier Ministre qui n’aura pas développé le pays mais ce n’est pas grave en la circonstance ! Le plus important a dit ce dernier est que le Monde décide de recourir à la force contre d’autres Ivoiriens.

LE NIGERIA VA-T-IL ANIMER LE « SALE BOULOT » ?

Une attaque de la Côte d’Ivoire à partir du Nigeria est désormais possible dans la mesure où ceux qui gouvernent réellement la terre ne veulent pas se salir les mains. C’est le complexe de Ponce Pilate : je m’en lave les mains et que le sang des ivoiriens retombe sur la tête des Africains ! Comme au temps de la traite des esclaves ?

En ces jours aussi décisifs pour l’Afrique francophone, que la succession d’Omar Bongo de 2009, le doyen de l’époque, de tout le continent noir, nous devons développer une très grande lucidité sans haine contre l’Occident. Je regrette le silence des acteurs politiques et des leaders d’opinion qui attendent courageusement de voir de quel côté penchera le rapport de force. Tout le monde sait ce qui se trame en réalité mais personne ne parle.

En 1960/1961 quand l’ONU a abandonné le Premier Ministre congolais pour délit de grande gueule les leaders Africains n’ont pas bougé et ils furent traités par la suite comme Patrice Lumumba : coups d’états, meurtres, assassinats …

Nous, nous devons exiger la Vérité, toute la Vérité et rien que la Vérité : Pourquoi veut – on détruire la Côte d’ivoire depuis l’arrivée de Laurent Gbagbo ? Pourquoi est-il le seul responsable de la stagnation ivoirienne bien que le gouvernement ait été sous la responsabilité de Guillaume Soro le Chef de la rébellion ? Les décisions de la Cour Pénal Internationale ne s’appliqueraient  qu’au camp Gbagbo ? Qu’en sera-t-il des crimes de la rébellion ivoirienne ? Sans parler des crimes massifs au Tchad, au Congo Brazza(les disparus du Beach), au Gabon (les morts de Port-Gentil en septembre 2009), au Togo (à l’arrivée de Faure Eyadéma) …etc.

Quelque chose ne tourne pas rond entre Abidjan, Paris et Washington, et c’est pourquoi j’ai envie de dire aux africains francophones : Nous sommes tous des Ivoiriens ! Déjà parce qu’on nous cache la Vérité sous le voile des   »principes démocratiques », ensuite parce que la civilisation ne peut plus s’arrêter au sud de la Méditerranée. Or, nous voulons juste devenir riches comme tous les habitants des terres riches !

L’ONU EST DÉPASSÉE !

Au fond, quelque crédit qu’ait pu avoir les Nations Unies après les fiascos du Rwanda ou de l’Irak pour ne citer que ceux-là, il se peut  que l’ONU perde définitivement le peu qui lui reste, à travers le bourbier ivoirien à venir. La pensée unique entretenue par tous les médias occidentaux sur le problème de la Côte d’Ivoire, démontre à souhait, qu’il n’a jamais été question de défendre quelque principe démocratique  dans l’élection du 28 novembre 2010. L’enjeu a toujours été de s’emparer des formidables réserves de pétrole et de gaz au large d’Abidjan pour une maitrise totale du Golfe de Guinée.

Les troupes nigérianes (ECOMOG) qui pourraient entrer en guerre à la demande du « Camp Ouattara – Soro », avec l’appui français et américain,  prendront la responsabilité de tuer l’espoir d’un enrichissement à venir des Peuples Africains, au nom des « principes démocratiques » qui ont bon dos dans cette affaire.

Mais demain, comme à Kigali au Rwanda aujourd’hui, quand vous arriverez à Abidjan ou à Yamoussokro,  vous ne vous exprimerez qu’en anglais et la plupart des écriteaux seront en anglais.  Vous vous souviendrez de Wikileaks decrivant le Président Sarkozy comme le Président français le plus américain de tous les temps, qui n’aura fait que suivre les instructions de Mme Clinton sur le dossier ivoirien.

Nous aimons l’occident mais dans cette tragédie annoncée, on ne nous dit pas tout et c’est notre devoir d’exiger la Vérité. Le problème ivoirien n’est pas une question de « principes démocratiques » car aucune élection ne peut être crédible sans un environnement de paix et de sérénité. Nous savons comment et pourquoi la Côte d’ivoire a perdu paix et sérénité.


DES OCCIDENTAUX  DÉTERMINÉS ? MAIS POURQUOI ?

Depuis fort longtemps, les Occidentaux savaient qu’au large d’Abidjan dormaient dans les profondeurs du Golfe de Guinée des quantités providentielles de gaz et de pétrole mais surtout de gaz naturel. C’est le cas aussi du Libéria et de la Guinée Conakry (un des pays les plus riches potentiellement du continent Africain). Pour réduire sa dépendance du Moyen-Orient, les USA doivent diversifier leurs approvisionnements. Le Golfe du Mexique ne suffisant pas, le lobby militaro-industriel sait parfaitement que les États-Unis peuvent sécuriser entre 25% et 30% de leurs approvisionnements s’ils prennent le contrôle du Golfe de Guinée depuis l’Angola jusqu’en Guinée Conakry. Et quelle est l’économie la plus porteuse de l’Afrique de l’Ouest ? La Côte d’Ivoire, bien entendu !

Cependant, si les hydrocarbures permettent l’enrichissement des Arabes du Golfe Persique en général, un vieil inconscient collectif occidental ne parvient pas encore à accepter que les richesses des Africains (ici, la Côte d’Ivoire mais on peut penser au Gabon, au Tchad ou au Congo …etc)  profitent autant aux populations africaines qu’au Pouvoir Global.

Le Nonce Apostolique (l’Ambassadeur du Vatican) a beau appeler à un dialogue Gbagbo – Ouattara, nous savons qu’il est déjà trop tard et que les pions de l’échiquier sont déjà en place : Abidjan, Washington, Paris … comme un trio musical pour une partition infernale ! La messe est dite, l’Afrique tombera encore une fois mais elle se relèvera !

Bruno Ben MOUBAMBA

bruno@moubamba.com

Commenter cet article