Lutte pour les droits des noirs en France: Un Béninois « persécuté » politique sous le régime Sarkozy Lutte pour les droits des noirs en France: Un Béninois «

Publié le par Munsa Mâga

Kémi_Séba

Kémi_Séba

(Robert Capochichi alias Kemi Seba en résidence surveillée à Paris)



Un franco-béninois est actuellement aux prises avec les autorités françaises notamment le gouvernement Sarkozy. Il s’appelle Stellio Gilles Robert Capochichi alias Kemi Seba et se trouve en résidence surveillée avec interdiction de se rendre en Afrique depuis bientôt un mois. L’activiste des droits des noirs ne peut plus tenir des discours publics dans la ville de Paris. Des mesures qui frappent également certains de ces collaborateurs.

 


Le bras de fer continue entre Sarkozy et Kemi Seba. Ce dernier est en résidence surveillée depuis bientôt un mois avec interdiction de se rendre en Afrique pour ce fils d’immigrés béninois de son vrai nom Stellio Gilles Robert Capochichi alias Kemi Seba. Il est menacé d’arrestation au cas où il serait surpris en train de prononcer un discours public à Paris. Ces restrictions concernent également deux de ses collaborateurs à savoir Fari Taharka, Hery Djehuty Sechat. Tous interdits de quitter le territoire français selon une source Internet et privés de leurs droits civiques. Il est reproché à ses militants du Mouvement des damnés de l’impérialisme (Mdi) de chercher à reconstituer une association, la Tribu Ka dissoute depuis juillet 2006 par un certain Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur.


Kemi Seba est reconnu pour ses diatribes anti-blancs et pour plus de droit pour les noirs en France. Ses détracteurs l’accusent de privilégier la provocation et la remise en cause de l’ordre établi. Ces prises de positions en faveur de la revalorisation de la race noire lui ont valu des démêlés avec la justice et les autorités politico administratives. Il se converti à l’Islam après un séjour en prison en juillet 2008. Mais Brice Hortefeux actuel ministre de l’Intérieur français veille sur l’activiste afin d’éviter que son nouveau mouvement le Mdi ne prenne la même ampleur et le même discours que la Tribu Ka déjà dissoute par son patron et prédécesseur au ministère de l’Intérieur. Kemi seba se dit victime d’un acharnement du régime Sarkozy à son égard et d’un ostracisme de la part des médias français dont aucun n’a fait cas de son interdiction de se rendre en Afrique et de la mesure de résidence surveillance qui le frappe. Sa double nationalité ne lui a même pas valu une sympathie de la part des autorités béninoises. Sale temps pour Robert Capochichi alias Kemi Seba.


Par Adrien Bidossessi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gakou 11/12/2009 05:10


Kemi Seba c'est-il vraiment converti a l'islam ?

Honnêtement, je pense que sa "conversion" a l'islam est stratégique.
Il dit qu'il est muslim. Hors "muslim" signifie: être soumis a Dieu.
Toute personne soumis a Dieu, musulman ou pas, est muslim.
Mais Kemi Seba joue sur les mots, pour faire croire qu'il est muslim dans le sens ou tout le monde l'entend (qui prie Allah, fait les 5 prière par jour, le ramadan, ect). Je pense qu'il est
toujours Kamit Atonien.

Voyez vous Kemi Seba besoins des jeunes de banlieue, très souvent musulmans, pour combattre le sionisme, particulièrement visible en Palestine, terre musulmane. Même si le sionisme est partout, et
domine l'Afrique.
Je soutient Kemi Seba pour sa lutte anti-impérialisme, et la privation de ses droits est injustice, et donne encore la preuve qu'il dit la vérité. Car le systeme ne laisse pas parler les
véridiques, les insoumis a eux.