Quasiment une première dans le monde, la France et l’Onu ont décidé de combattre dans le sang, la légalité constitutionnelle - par Kiprindé Sonia

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

lundi 28 février 2011, 10:16
http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/184259_190729897634688_114795205228158_485191_4052844_n.jpg

 

La France et l’Onu prises à leurs pièges .Quasiment une première dans le monde. Et cela fera sûrement date dans l’histoire de l’humanité. Pour les intérêts de certains groupes lobbyistes, la France et l’Onu ont décidé de combattre dans le sang, la légalité constitutionnelle en Côte d’Ivoire.

 

Cette organisation qui reconnaît pourtant la souveraineté des Etats dans le monde, ne se gène pas de violer sa propre charte en Côte d’Ivoire, en piétinant une décision du Conseil constitutionnel, l’un des symboles de la souveraineté de l’Etat ivoirien. Désormais, le Sud- Coréen Choï dont le pays est divisé en deux depuis plus de 50 ans, se positionne en opposant direct au pouvoir en place. Il n’est plus diplomate, il n’est plus aussi médiateur. Ses déclarations sont ouvertement dirigées contre le pouvoir.

 

En fait, Choï et son compatriote Ba-ki-moon qui préside pour le moment aux destinées de l’Onu sont pris au piège des mensonges qu’ils servent au monde entier dans le dossier ivoirien. Ils jouent tous les deux, leurs carrières. Ils sont bien convaincus que le complot qu’ils ont mis en place, se dévoile au fil des jours. Avec bien entendu, le soutien à Gbagbo qui s’agrandit à l’échelle internationale. Avec eux, il y a Sarkozy pris lui aussi au piège du mensonge servi en Côte d’Ivoire. Il est clairement établi que c’est la France, pour préserver ses intérêts en Afrique qui manipule et instrumentalise l’Onu à Abidjan.

 

L’option défendue par Sarkozy avec ses valets de la Cedeao ayant échoué, la France de Sarkozy, Ouattara et l’Onu jouent ouvertement leur va- tout en s'installant dans la violence et la guerre. Comme le ridicule ne tue pas, on a vu le président français balbutier au sommet de l’Ua, en prônant une solution pacifique. Alors que c’est lui qui appelait plus de 10 fois, le président nigérian pour le convaincre à attaquer la Côte d’Ivoire.

A défaut d’Ecomog, Sarkozy prend lui- même le devant en déversant des légionnaires noirs et des mercenaires à Bouaké et transportés à Abidjan par les hélicoptères de l’Onuci. Mais bien plus, ces forces se proposent d’utiliser ouvertement le matériel militaire de l’organisation pour s’attaquer à l’armée ivoirienne. Malheureusement pour eux, ils ont en face la détermination de la Nation.

 

Kiprindé Sonia

lundi 28 fevrier 2011   |  Le Temps

 

 

Publié dans Economie-Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article