REFLEXIONS SUR L'ETHIQUE DU FILM CASE DEPART QUI SORT LE 6 JUILLET: UNE AUTRE ATTAQUE INSIDIEUSE DE LA COMMUNAUTE NOIRE - par CHIMENE LEGROS

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

 La Sortie du Film "Case Départ" le 6 juillet met en avant plusieurs axes de réflexions : 

LE TITRE:

Le titre en effet pose la question du retour à la case départ. En effet lors de ce film, suite à  une malédiction les deux personnages se retrouvent à l'époque de l'esclavage. Le titre donc suppose que le"départ" de l'homme noir serait la période esclavagiste. L'homme noir n'a donc pas d'histoire. Le titre lui-même donne le ton. Il agit donc dans l'inconscient collectif du Noir et du Blanc. La case a aussi le double sens d'une case de jeu ou la case la maison (case en mwen) la maison du départ.

L'HUMOUR:

Le ton de l'humour est employé ici pour soi disant ne juger personne et mettre en avant l'histoire d'un génocide d'un peuple qui en conserve encore les stigmates. Les deux protagonistes passent chez Ruquier et nous parlent du Noir qui porte sa couleur en victime, ils nous parlent de Victor Schoelcher qui serait le seul à l'origine de l'abolition de l'esclavage. Ils osent aussi parler d'un personnage blanc qui serait tellement humain car victime de son époque. Mon interrogation est la suivante :

- Avons-nous vu un film humoristique allemand sur la Shoah ?

- Avons-nous vu un film humoristique turc sur le génocide arménien ?

- Avons-nous vu un film humoristique chinois sur les souffrances tibétaines ?

- Avons-nous vu un film humoristique américain sur le génocide des Amérindiens ? [encore qu'au pays de l'oncle Tom, on se glorifie dans les westerns].

SUBVENTION DE FILM:

Un humoriste fortement critiqué en France pour ses positions avait demandé des subventions pour faire un film sur le Code Noir. Un texte qui définit l'homme noir comme un bien meuble et écrit en 1683 par Colbert sous Louis XIV. Ce film n'a pas été subventionné. Le sujet ne devait peut-être pas être assez humoristique. Il est vrai que c'est aux Noirs de se prendre en charge concernant ce type de projet; mais pourquoi ce film est mis en avant de la sorte?

RAPPORT AFRICAINS/ANTILLAIS:  Les rapports entre Antillais et Africains sont déjà "tendus". Les ressortissants d'outre mer reprochent aux Africains de les avoirs vendus à mon avis par méconnaissance et négationnisme historiques. Nous voyons deux acteurs d'origine africaine (Cameroun) rire et donc participer à cette orgie humoristique. Quelle est la lecture de ce fait au niveau des ultramarins. "Voilà encore des Africains qui vendent notre histoire". Je pense sans m'avancer que c'est l'effet recherché.

EFFET SUR LES BLANCS/ EFFET SUR LES NOIRS:

L'éthique de ce film est à revoir, en effet les Blancs iront voir ce film en se disant : " Bah finalement ce n'est pas si grave on peut rire de l'esclavage, les nègres eux-mêmes rient de leur histoire" Les Noirs se diront : " Cool on peut rire avec tout le monde de notre histoire cela prouve que l'on peut y faire face puis il faut oublier tout ça". L'effet recherché est une lobotomisation de l'esprit voire mieux la PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE dont le but est d'atteindre votre inconscient à l'insu de votre plein gré.

EFFET SUR LES NOIRS CONSCIENTS ET MILITANTS:

Ce film comme d'autres événements de ce type a pour but de détourner notre esprit des vrais problèmes qui actuellement nous préoccupent; les bombardements de nos pays d'origine, les échéances politiques qui arrivent et qui nous demandent de devenir une communauté consciente de ses possibilités et d'autres événements que nous devons garder en tête. Le but est de nous garder dans un état d'énervement permanent afin d'éviter que nous ne réfléchissions aux stratégies à mettre en place pour régler nos problèmes.

LA RÉPONSE:

La réponse il me semble doit être mesurée et intelligente "BOYCOTT INTELLIGIBLE ET INTELLIGENT". Expliquons notre position afin qu'il déserve le film et non le contraire. La nécessité de garder notre argent pour des films qui nous paraissent respecter une certaine ethique. Enfin gardons à l'esprit que notre énergie est une denrée à utiliser avec parcimonie.

CHIMENE LEGROS.

Publié dans Objectivité

Commenter cet article

allans 01/07/2011 15:14



bonjour! je n ai pas encore vu le film , mais vu le scenario cela ressemble fort  à un message en direction de la communauté antillaise (  la case départ  à la place de rue case
negre etc), cela risque de   raviver des tensions .En ce qui concerne votre avis sur la méconnaissance des antillais  et la falsification de l histoire. Il est prouvé que des
royaumes   entiers de l afrique de l ouest à l afrique centrale participaient , collaboraient (on parle de "bounty "  mais ce sont eux les vrais bounty, et ils sévissent
encore en Afrique) activement à la capture de noirs. Ce n est pas les européens endimanchés qui osaient s aventurer à l intérieur des terres dans les chemins de latérite alors que tout le monde
fuyaient. Mais des guerriers specialisés  dans la capture.


L afrique au 18eme siecle était un vaste supermarché et tout le monde vendait tout le monde . De plus j ai vécu en afrique dans les années  60.80  et certains s amusaient à nous
rappeler , pour nous rabaisser que nos ancetres avaient été vendus alors qu il n y avait pas encore eu  de vrais débats sur l esclavage . Si j ai bien compris aprés la vision
europeanocentriste maintenant c est la vision afrocentriste.


De plus s il y a tension entre les communautés , elle est plus d ordre culturel  créé par l histoire qu un  soi disant reproche  au sujet de l esclavage inventé de toute pièce
pour noyer le poisson. Arretez de généraliser et de parler à la place des autres ,voila le problème.