RESTITUONS L'HISTOIRE: ABRAHAM HANIBAL ou ABRAHAM PETROVITCH GANNIBAL (en russe : Абра́м Петро́вич Ганниба́л), 1696 - 1781

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

ESCLAVE CAPTURE DANS LE SULTANAT DU LOGON-BIRNI AU NORD-CAMEROUN ET ARRIÈRE-GRAND-PÈRE MATERNEL DU CÉLÉBRISSIME POÈTE RUSSE ALEXANDRE POUCHKINE

411545_4118173765627_1826859398_o.jpg

 

La vie d'Abraham Hanibal est un véritable roman d'aventures. Enlevé de Logone au nord de l’actuel Cameroun en 1703, Abraham Hanibal devient page du sultan ottoman Ahmed III à Constantinople. A la fin de l'année 1704, il est conduit clandestinement en Russie à la Cour du tsar Pierre le Grand avec la complicité de son ambassadeur Pierre Tolstoï arrière-grand-père du célèbre écrivain Léon Tolstoï

Né en 1696,son premier prénom africain est Broua. mort le 14 mai 1781, c'est un prince africain, fils du prince Brouha de Logone, capturé en 1703 par des esclavagistes et amené à Istanbul, il y est acheté clandestinement par un diplomate russe pour le compte de Pierre le Grand, qui souhaitait faire une expérience - concluante - sur les capacités intellectuelles d'un enfant noir, ou plus généralement, démontrer par la pratique que l'intelligence et les autres qualités humaines ne dépendent en aucune manière de la naissance.

En 1717, Hanibal est envoyé en France (à Paris ou à Metz ?), afin d'y poursuivre son éducation dans les arts, les sciences et la guerre. Là, il apprend plusieurs langues et révèle de grandes dispositions dans les mathématiques, notamment en géométrie. En 1720, il étudie à l'école d'artillerie de La Fère (aujourd'hui dans l'Aisne) et y obtient le brevet d'ingénieur du roi. Il combat dans les armées de Louis XV contre celles de son oncle Philippe V d'Espagne et reçoit le grade de capitaine. C'est durant ce séjour qu'Hanibal adopte son surnom en l'honneur du général carthaginois Hannibal (Gannibal étant la translitération traditionnelle du nom en russe). À Paris, il se lie d'amitié avec plusieurs figures des Lumières, qu'il s'agisse de Diderot, de Montesquieu ou de Voltaire. Ce fait, défendu par son biographe Hugh Barnes, est néanmoins contesté par le critique Andrew Kahn. 

Voltaire appelle alors Hanibal l'« étoile noire des Lumières »

Il a été affranchi et anobli par l'empereur Pierre Ier (Pierre le Grand), dont il fut le filleul et devint l'ami fidèle ;  Abraham Pétrovitch. Au milieu du XVIIIe siècle, sous le règne de l’impératrice Elisabeth Petrovna, Abraham Petrovitch Hanibal fut l’une des plus importantes personnalités de l’empire russe ou il mena une remarquable carrière d'ingénieur militaire qu'il termina comme général.

Deux ans après la mort de Pierre le Grand en 1725, il est exilé dans l'enfer sibérien par le prince Menchikov. Par bonheur, l'impératrice Anne le fait revenir trois ans plus tard lorsqu'elle monte sur le trône...

Il est l'auteur de deux traités de géométrie et de fortifications destinés aux élèves ingénieurs. C’est lui qui introduisit l’enseignement de l’architecture civile dans les écoles d’ingénieurs militaires de Russie... La contribution d’Hanibal, surnommé le "Vauban russe", au développement technique et militaire de la Russie du XVIIIe siècle est considérable.

Marié en secondes noces à Christine-Régine de Schoëberg, issue de la noblesse suédoise, il eut sept enfants dont l’un, Joseph, sera le grand-père d' Alexandre Pouchkine (1799-1837), le fondateur de la littérature russe moderne.

Dans une supplique officielle qu'Hanibal a soumis en 1742 à l'impératrice Élisabeth, dans laquelle il sollicitait l'octroi d'un rang anoblissant et d'armes nobiliaires, il demandait que figurent sur celles-ci un éléphant passant ainsi qu'une mystérieuse devise : « FVMMO », mot qui signifie « la patrie » en langue KOTOKO.

Cependant, « FVMMO » est aussi l'acronyme de l'expression latine Fortuna Vitam Meam Mutavit Oppido, qui signifie : « la Fortune a changé ma vie entièrement »

 
Cette brillante restitution de la verite est le resultat du travail et des recherches de Dieudonné Gnammankou que nous remercions fraternellement.

Publié dans Objectivité

Commenter cet article