Togo : Une mobilisation en perspective de la diaspora pour la reconstruction nationale

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 

 

La diaspora togolaise sera inscrite dans une politique nationale qui s’attellera à sa mobilisation à la reconstruction nationale, a appris samedi l’Agence Xinhua de source gouvernementale.

Cette préoccupation a été exprimée au Conseil des ministres vendredi et sera rendue opérationnelle au niveau du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération confié à un parti politique de l’opposition togolaise entré au gouvernement à la suite d’une « politique de large ouverture politique ». 

 

Les autorités togolaises estiment que la diaspora constitue une « réserve importante de ressources tant humaines que financières » dans la reconstruction nationale.

 

Elles indiquent nécessaires de définir une stratégie de sensibilisation de la diaspora au service du développement du Togo à travers une politique de dialogue permanent et d’approfondir les connaissances et les échanges d’informations économiques et financières avec la diaspora.

 

Selon le gouvernement togolais, grâce à la politique de réconciliation nationale, d’apaisement politique et de réformes politiques, économiques et sociales mises en oeuvre depuis 2005, le Togo sort d’une longue crise sociopolitique qui avait freiné tous ses efforts de développement.

 

Aujourd’hui, le gouvernement togolais décide de faciliter les transferts de fonds et de mettre en place des services d’accompagnement en faveur des investisseurs migrants au niveau national et local.

Cela se fera par la protection financière des investissements, la mise en place de services financiers spécifiques, l’assistance juridique et technique à la suite du retour et pendant la phase de création d’entreprise.

 

Des sources de différentes institutions financières, les envois de fonds de travailleurs migrants représentent 58,0% du total dudit financement et sont, en moyenne, 2,7 et 7,8 fois supérieurs respectivement aux flux d’Investissement directs étrangers (IDE) et d’Aide publique au développement qui représentent respectivement 31,9% et 10,1% du financement extérieur non générateur d’endettement.

 

Selon un récent rapport de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), les fonds reçus des travailleurs migrants togolais ont fortement progressé (+1 166,5%) entre 2000 et 2009, passant de 11,2 milliards de FCFA à 141,6 milliards, soit une croissance annuelle moyenne de 43,3%.

En dix ans, les travailleurs migrants ont transféré près de 855 milliards de FCFA, soit 111,0% de l’encours de la dette extérieure du Togo à fin décembre 2009.

 

Cependant, le cumul des fonds reçus se chiffre à 855,1 milliards de FCFA , soit 111,0% de l’encours de la dette extérieure du Togo à fin décembre 2009, sur la période 2000-2009 et proviennent à près de 32,3% des pays de l’Union européenne et de 17,1% des Etats-Unis d’Amérique.

 

Xinhua

 

Publié dans Economie-Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article