Vaccination en Afrique: La population est-elle en danger? - par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire.

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

Jeudi 16 juin 2011

 

La population Africaine est-elle sous la menace du plan mondial de vaccination que compte organiser l’Alliance mondiale pour les vaccins et les vaccinations ?

 

Analyse de la conférence de Londres Par Luc Banemeck, Consultant en planification Strat 

 

Vaccins et désinformation  

 

 

Il vient de se tenir à Londres le 13 juin dernier une conférence de donateurs organisée par  (GAVI) une Alliance mondiale pour les vaccins et les vaccinations et soutenu par la Fondation du Milliardaire Bill Gates. A l’issue de cette conférence, 4,3 milliards de dollars de promesses de dons ont été accordées.

Selon Bill Gates je cite :"Nous avons dépassé l'objectif que nous nous étions fixé. Nous avons obtenu un engagement de 4,3 milliards de dollars",            

Selon  le Ministre de l'aide au développement britannique. "Nous allons sauver quatre millions de vies"et vacciner 250 millions d'enfants d'ici à 2015.


A lire toutes ces déclarations, mécaniquement, on ne peut qu’applaudir, des bons samaritains qui veulent sauver des vies humaines. Bref la population de la planète terre en danger.

Mais lorsqu’on regarde vraiment de très prés on comprend qu’il y a L’ «anguille sous roche».

Pour démêler toute cette histoire qui nous semble relever d’un plan machiavélique, ourdi contre les pays dit sous-développés en particulier l’Afrique, nous voulons avertir les dirigeants Africains et la population Africaines des dangers réels que représente une éventuelle collaboration avec les officines de vaccination.


Pour ce faire, nous avons demandé a notre Analyste, le Consultant en Stratégie Luc Banemeck de répondre  à quelques unes de nos questions. Car le sujet est d’importance et relève de la planification, la santé et de donc de la vie des Africains.


Afrohistorama : Suite aux éléments de la conférence de Londres sur la vaccination que le GAVI sous le haut patronage du gouvernement britannique et la fondation Bill Gates et Melinda que vous avez pu obtenir, pensez-vous réellement que ces gens veuillent réellement sauver de vies humaines ?


Luc Banemeck : Suite à une lecture attentive des documents de cette conférence, bien entendu si on lit comme monsieur tout le monde, on est porté à croire que tous ces gens sont pavés de bonnes intentions, ils veulent mettre $4.3 milliards pour sauver des vies humaines.

En revanche si on fait une lecture de spécialiste. On constate qu’il s’agit ni plus ni moins que d’un projet de planning familial, et la vaccination son véhicule. Le terme « planning familial » vient de l'anglaisfamily planning. Ce terme a été introduit pour la première fois de manière officielle dans les années 1930 où le British National Birth Control Association (association britannique pour le contrôle des naissances) prend le nom de Family Planning Association, appellation à la connotation plus positive. C’est la raison pour laquelle les Africains doivent s’alarmer. Il s’agit d’un plan subtil de contrôle des naissances. Il faut tirer la sonnette d’alarme.


Afrohistorama : Pourquoi tirer la sonne d’alarme  alors ce sont des vie humaines  qui seront sauvées?


Luc Banemeck : On doit s’alarmer pour plusieurs raisons. La première concerne la cible des fléaux que ces gens veulent combattre. La pneumonie, la Méningite, la Diphtérie. Si on regarde très bien toutes ces maladies, elles ne sont pas véritablement les fléaux premiers de l’Afrique. Aujourd’hui les maladies qui menacent notre continent sont par exemple le sida, le paludisme et la  mauvaise gestion des richesses. Donc sauver les vies humaines me parait trop beau pour être vrai.


La deuxièmement raison concerne la composition des participants à la conférence. Il y avait :

Le gouvernement britannique n’est pas un bon exemple de sauveteur de vie humaine, en ce moment il participe au bombardement de la Libye et nous savons tous ceux que les bombes peuvent faire sur une population.


Les businessmen  de la pharmacie qui que connaissent qu’un seul mot dans leur bouche le profit. C’est les mêmes qui ont refusé la production des médicaments moins chers contre le SIDA, par les l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde.


 Pour ne citer que ces quelques exemples et lorsqu’on regarde tout ce beau monde, on ne doit pas trop se réjouir de la nouvelle. Car pour tout ce beau monde tout est question d’investissement et de retour en investissement.


La troisième raison, c’est la faiblesse structurelle de nos états sur le plan politique et économique. Pour moi, cette conférence a  donc d’autres visés. Qui sont d’ordre géostratégique et donc les résultats ne seront visible qu’à long terme. Selon les experts de la recherche biologique, il n’y a pas de contrôle sur la toxicité des vaccins sur la sphère de la reproductivité. Pour comprendre en termes clairs J’invite vos lecteurs à lire le livre du professeur  Michel Georget ,Vaccins et désinformation [VIDEO D’EXPLICATION : http://www.dailymotion.com/video/xar7st_la-face-cachee-des-vaccins-dr-marc_news]

 


 

 

Afrohistorama : Quelles sont ses véritables motifs des initiateurs de cette conférence ?


Luc Banemeck : leur véritable objectif est la réduction de la population Africaine à long terme.

Dans toute l’Afrique subsaharienne, 17% des femmes mariées seulement ont recours à la contraception, contre 50% en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, 39% en Asie du Sud, 76% dans l’est de l’Asie et dans le Pacifique et 68% en Amérique latine et dans les Caraïbes. Seuls quelques pays comme l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Botswana et le Kenya ont des programmes de planification familiale ayant fait la preuve de leur efficacité en généralisant l’usage de contraceptifs. Depuis plus de 40 ans, on essaye des plans de contrôle de naissance en Afrique, et jusqu’à présent aucun n’a véritablement marché. La population Africaine au lieu de diminuer avec les guerres, les maladies et la gabegie de ses dirigeants, a au contraire augmentée et se situe aux environs  des 1 milliards.


Donc le plan de réduction de la population Africaine n’ayant pas marché avec les outils utilisés partout ailleurs, il faut mettre les gros moyens.  D’où cette conférence de Londres, qui va certainement appâter les Africains en raison des sommes en jeux. Et lorsqu’on sait que le financement du pôle santé est le parent pauvre dans les budgets des états Africains, on comprend très la fourberie des auteurs.


Afrohistorama : A vous entendre, la croissance de la population Africaine est une menace ?


Luc Banemeck : En effet la population Africaine devient une menace pour les pays occidentaux qui veulent maintenir leur hégémonie par tous les moyens sur le continent. Il n’y a que les imbéciles Africains qui croient que c’est impossible. La population est un facteur de croissance économique, si on l’utilise à bon escient. La Chine le prouve tous les jours.  Laisser l’Afrique croître au rythme actuel veut dire une Afrique économiquement puissante dans l’avenir, et donc une menace directe des intérêts impériaux. Et cela il faut y mettre fin dès maintenant par l’utilisation de plusieurs subterfuges invisibles et en cas de besoins la force.


Pour y parvenir La vaccination est le meilleur moyen, un moyen intangible. On utilise un bon sentiment pour faire le mal. Car il permet de prévenir des mauvaises maladies. Mais c’est aussi un puissant moyen subtil de réduction de naissance à long terme, moi je me méfie de la vaccination.


Lorsqu’on sait que, dans la majorité des pays africains, plus de la moitié de la population est âgée de moins de quinze ans. Même si tous ces pays passaient dès aujourd’hui à deux enfants par femme, leurs populations continueraient d’augmenter pendant encore deux décennies. Une telle perspective est une menace de l’avenir  en Afrique.


Afrohistorama : Pour quelles raisons vous méfiez-vous de ces vaccins ?

 

Luc Banemeck : On sait maintenant que les vaccinssont dangereux ! et pour preuves , ils contiennent de l'aluminium, des cellules cancéreuses, de la bile de veau, etc. Greenpeace a fait le test de donner 15000 euros si un technicien ou médecin de laboratoire se vaccinait avec un de leurs produits, résultats personnes ! et les enchères montent mais l'intérêt des médecins est de vendre ces vaccins pour enrichir les industries pharmaceutiques et en contre partie ils ont des cadeaux ( voyage, tv, argents, etc.) Pourquoi les pays nordiques ont stoppé les vaccinations obligatoires ? Et pourquoi y a t-il nombreux témoignages de sclérose, après vaccins ?


Pour finir j’invite vos lecteurs à visionner la vidéo suivante [LA FACE CACHEE DES VACCINS DU Dr MARC VECOUTERE : http://www.dailymotion.com/video/x9rboh_vaccins-et-desinformation-michel-ge_news#from=embed]

 

 


 Afrohistorama : Pensez-vous que  L’Afrique n’a pas besoin de la vaccination ?


Luc Banemeck : L’Afrique a besoin de la vaccination, par ce que cela veut dire prévenir,  donc réduire le cout de la santé, Mais le faire avec des produits dont on ne maitrise pas la provenance, s’avère très  dangereux pour la population. Aujourd’hui on voit naitre des maladies qui n’existaient pas en Afrique et surtout beaucoup d’experts disent que la vaccination agit sur la reproductivité donc au niveau de la création. L’Afrique a les moyens de sa politique sanitaire. Tout est question de volonté politique et de vision à long terme. Je crois qu’il est temps que les gouvernants s’y penchent franchement.


Afrohistorama : Nos remerciements

 

 

Par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire. Jeudi 16 juin 2011

 

 

 

Publié dans Objectivité

Commenter cet article