Voici pour quelles raisons les Ne Kongo ne voteront pas pour l’actuel chef de l’Etat - par Fweley Diangitukwa

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

http://a3.idata.over-blog.com/185x122-000000/3/15/38/72/Album-photo-1/PIC---PIC-ALBUM-AFRIQUE-REDACTION/PHOTOS-COMMENTAIRES/NE-KONGO.gif

1. A deux reprises, les adeptes de 
Bundu dia Kongo ont été massacrés par les soldats du pouvoir actuel sur ordre des autorités politiques de Kinshasa. Les hommes et les femmes du Bas-Congo se souviennent nuit et jour et ils savent que ceux qui sont morts ne reviendront jamais.

Dans un proche avenir, les familles des victimes inscriront, sur une grosse pierre le long de la route nationale ou le long du chemin de fer, les noms de toutes les femmes, de tous les hommes et de tous les enfants qui ont été tués par les hommes du pouvoir, car les générations futures doivent se souvenir. Les ressortissants du Bas-Congo 
savent que les auteurs de ces massacres odieux n'ont jamais été sanctionnés.

2. Le pasteur KUTINHO a été arrêté par le pouvoir actuel et placé à la prison de Makala où il vit dans des conditions inhumaines. Depuis son enfermement, il n’y a jamais eu un vrai procès le concernant. Que Dieu le protège afin qu’il n’y meure pas !

3. Dans un passé récent, M. Diomi Ndongala et l’Honorable Kiakwama ont été arrêtés à Moanda.

4. Certains leaders haut placés du pouvoir actuel ont fait de fausses promesses à la population pendant la campagne du PPRD en 2005-2006. L’un d’eux a promis du courant aux 
habitants de Luozi. Sans lendemain.

5. Les Ne Kongo ne supportent pas le règne de l’impunité et de la corruption. 

6. L’argent de l’Etat ne sert pas à créer des emplois et à lutter contre la corruption. Pendant que les fonctionnaires, les enseignants, les infirmières, les soldats, etc. ne sont pas payés, on assiste à l’enrichissement sans cause de la part des autorités politiques.

7. Les réfugiés refoulés d’Angola ne sont pas pris en charge par l’Etat. Ils sont abandonnés 
à eux-mêmes et rien n'est fait pour résoudre la tension entre les deux pays.
Pour toutes ces raisons, si les élections 
ont lieu, les Ne Kongo - et avec eux les autres ethnies du Congo -, ne voteront pas pour celui qui est à l’origine de leurs malheurs. 

L’heure de se souvenir est enfin devant eux. Ils ne voteront pas pour celui qui a organisé la mort de 
leurs ressortissants et qui a fait arrêter injustement des Ne Kongo. Ceux-ci se souviennent et ils se souviendront surtout le jour du vote. Quels que soient les arguments et les moyens que le pouvoir actuel utilisera pour leur vendre encore du vent, les ressortissants du Bas-Congo connaissent leur ennemi politique qui n'a jamais travaillé pour la paix dans le pays de Simon Kimbangu et de Kasa-Vubu. A celui-là, ils répondront par un refus total de lui accorder leurs voix.

Qui vivra verra. Même si le parti au pouvoir cherche à acheter leurs voix avec de l’argent, les ressortissants du Bas-congo ne cèderont pas. Je répète. Parce que les leurs ont été massacrés par les hommes au pouvoir, ils ont maintenant l'occasion de répondre à celui qui a organisé les massacres (à deux reprises) de leurs pères, mères, frères, sœurs, fils et filles. Les images sont encore fraîches dans la mémoire des familles de victimes. 

Ce qui s'est passé dans le Bas-Congo, s'est également passé dans le Kivu où des innocents sont régulièrement tués, où des sœurs religieuses et des prêtres sont également assassinés, où des femmes et des jeunes filles sont journellement violées, où l’insécurité est totale. Il y a eu plus de six millions de morts (voir rapport Mapping et les différents rapports des ONG). 
Que le pouvoir en place ne prenne pas les Congolais pour des naïfs et/ou des femmes et des hommes sans mémoire. 
Celui qui sème le vent récolte la tempête.

Chers compatriotes, soyons unis face aux ennemis du Congo et à leurs 
représentants. La vie ressemble à une roue et une roue tourne. Qu’elle tourne alors en faveur du peuple.

Chers compatriotes, soyons dès maintenant maîtres de notre destin.

Fweley Diangitukwa
Politologue et écrivain
Vice-Président du CLD
www.congolegtimedefense.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article