Wikileaks : le Gabon et le Système Bongo, plaque-tournante de la corruption politique en France !

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 


This tale of grand-scale corruption is

unfortunate, especially coming as it does during an

economic crisis that has depleted the region’s resources,

but the strong reaction from Biya and Obiang suggests

Gabon’s foul play might result in better management–more

transparency and autonomy–of BEAC’s resources. Our hope

is that CEMAC leaders internalize the lesson that secretive

management of public resources is a recipe for waste and

abuse and apply it to BEAC and their domestic

institutions. Post is unable to assess the veracity of the

allegation that French politicians benefitted from BEAC’s

loss, but it is the type of claim–that France encourages

and preys upon corrupt leaders in the region–that will

gain currency in popular opinion if, as the BEAC official

predicted, the story leaks to the press. End comment.

  GARVEY

Voici le télégramme américain qui évoque depuis Yaoundé au Cameroun la manière dont les Bongo ont financé la vie politique française aux dépends de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). En le diffusant, je souhaite appeler le personnel politique gabonais à se montrer plus combatif  vis-à-vis de la Françafrique qui doit être démantelée au Gabon. L’heure n’est plus à aller ramper à l’Elysée pour devenir Président du Gabon. Bruno Ben MOUBAMBA (+33 6 88 12 88 21) bruno@moubamba.com

VERSION ANGLAISE SUIVIE D’UNE TRADUCTION SOMMAIRE FRANÇAISE A PARTIR DE GOOGLE

D:215456

 

Date: 2009-07-07 12:58:00
Origin: 09YAOUNDE608
Source: Embassy Yaounde
Classification: CONFIDENTIAL
Dunno: 09YAOUNDE147
Destination: VZCZCXRO5655

RR RUEHBZ RUEHDU RUEHMR RUEHPA RUEHRN RUEHTRO

DE RUEHYD #0608/01 1881258

ZNY CCCCC ZZH

R 071258Z JUL 09

FM AMEMBASSY YAOUNDE

TO RUEHC/SECSTATE WASHDC 0076

INFO RUEHZO/AFRICAN UNION COLLECTIVE

RHMFISS/HQ USAFRICOM STUTTGART GE

 RUEATRS/DEPT OF TREASURY WASHDC

C O N F I D E N T I A L SECTION 01 OF 02 YAOUNDE 000608

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 06/29/2019

TAGS: KCOR, EFIN, PREL, PGOV, ECON, CM

SUBJECT: (C) CENTRAL BANK SOURCE: « GABONESE STOLE $40

MILLION, FUNNELED SOME TO FRENCH POLITICS »

REF: YAOUNDE 147

Classified By: Political Officer Tad Brown for Reasons 1.4 b and d.

 

1. (C) Summary. Senior Gabonese officials in the Bank of

Central African States (BEAC) colluded to embezzle more

than 18.3 billion CFA (about $36 million) from the pooled

reserves of the six states of the Central African Economic

and Monetary Community (CEMAC) over the past five years,

according to a senior Embassy contact at the bank. In a

June 12 meeting with Poloff, the source, a senior

third-country national, said BEAC discovered the crime

during internal audits conducted in the wake of revelations

that Gabonese national and BEAC Governor Philip Andzembe

had covertly placed 500 million Euros in high-risk

investmentQwith French bank Societe Generale (reftel).

According to the Embassy source, senior Gabonese political

leadership, including the late President Omar Bongo and his

son, Defense Minister and presidential hopeful, Ali Bongo

benefitted from the embezzlement. The source said Gabonese

officials used the proceeds for their own enrichment and,

at Bongo’s direction, funneled funds to French political

parties, including in support of French President

Nicholas Sarkozy. End summary.

Audit Reveals Deeper Issues

—————————

2. (C) The BEAC official asked Poloff to meet on June 12

to discuss « a sensitive issue that I want the U.S. to hear

about from me, before it appears in the media. » Recalling

the political tensions created by the revelation that BEAC

Governor and Gabonese national Philip Andzembe had, in

violation of BEAC regulations and unbeknownst to the BEAC

board, placed 500 million euro of BEAC deposits in a

high-risk investment with French bank Societe Generale

(Reftel), the BEAC official said the consequent review of

BEAC’s accounts had revealed even broader and more brazen

malfeasance linked to a hierarchy of Gabonese officials

throughout BEAC. (Note: Under the agreement that created

BEAC in 1972 it was decided that, in light of their relative

economic predominance in the region, Cameroon would host

BEAC’s headquarters while Gabon would maintain exclusive

power to appoint the BEAC Governor. For more information

on how the politics of oil of affected the region and BEAC

see reftel. End note.)

The Easy Way to Rob a Bank

————————–

3. (C) The BEAC official explained that Gabonese

President Bongo’s control of BEAC was more extensive than

the Governor’s office; the Director of Accounting, the

Deputy Director of Accounting, the officials overseeing

international wire transfers, and the accountant in BEAC’s

Paris branch have all been Gabonese nationals appointed by

Bongo. Working in concert, these officials were able to

subvert BEAC’s safeguards. The Paris accountant was, until

recently, Gabonese national Armand Brice Nzamba, who is a

close personal friend of Ali Bongo, according to Post’s

contact at BEAC. The BEAC official said BEAC had contacted

the Paris « financial police » who were investigating Nzamba

until he fled France earlier this year. Gabonese national

Maurice Moutsinga served as the Director of Accounting in

BEAC Headquarters for 20 years until his retirement in

2007.

4. (C) The embezzlement moved through three main

Channels, according to the official:

–in checks made out in the names of the BEAC officials

themselves; BEAC’s investigations have already tracked 18.3

billion CFA ($36.6 million) that were embezzled in checks

made out in the name of Gabonese officials. As a result,

Nzamba accumulated personal wealth of more than of more 1

billion CFA ($2 million) on an annual salary of about

$36,000;

–in checks made payable to shell companies; the main

recipients were Papieterie Classique and Tour 55 in France

and Chaiab in Morocco, and;

–in checks made out to Gabonese politicians, including the

wife of Leon Mebiane, who was Gabon’s Prime Minister from

1975-1990.

Did French Politicians Benefit?

——————————-

YAOUNDE 00000608 002 OF 002

5. (C) Asked what the officials did with the stolen

funds, the BEAC official responded, « sometimes they kept it

for themselves, sometimes they funneled it to French

political parties. » Asked who received the funds, the

official responded, « both sides, but mostly the right;

especially Chirac and including Sarkozy. » The BEAC

official said « Bongo was France’s favorite President in

Africa, » and « this is classic France Afrique. » He said

technocrats from the French Treasury were relatively

progressive in encouraging the francophone governments to

be more autonomous, but that the Banque de France

continued to exert an outsized influence.

CEMAC Presidency’s React

————————

6. (C) The BEAC official said the CEMAC Heads of State

were understandably upset to learn about the deeper

governance problems at BEAC. In a January 2009 meeting to

discuss Anzembe’s deal with Societe Generale, Biya had called

for Andzembe’s immediate dismissal. According to the

official, Biya pounded the table during a recent meeting

with his CEMAC counterparts and asked, in reference to his

own anti-corruption campaign, « Don’t you read the press?

We throw people like this in jail in my country! »

Equato-Guinean President Obiang, long-frustrated that his

deposits at BEAC exceeded his influence in the institution,

was more « patient, » calling for audits because, according

to the BEAC official, « he knew what the audits would find

[regarding Andzembe's malfeasance] and that the resulting

pressure to institute a Presidency that rotates among the

member states would be inevitable. »

Audit of SG Placement Continues

——————————-

7. (C) The Audit Committee includes representatives from

the six CEMAC economies plus a representative from the

French Treasury. The Heads of States agreed to conduct two

audits, a general review of internal accounts and a

specific investigation into Andzembe’s unauthorized

placement of funds at Societe Generale. According to the BEAC

official, the investigators have yet to understand fully the

details of the SG account. « Even SG tells us that they are

unable to determine the structure of the investment that

Anzembe made! » he marveled. The official theorized that SG

had used the BEAC funds to help « plug the hole » created by

the Kerviel rogue trader scandal, but that the financial

crisis had overwhelmed SG and swallowed BEAC’s funds.

Jail for Some;

End of Gabon’s Monopoly

———————-

8. (C) The BEAC official said his own government and

others would seek jail time for some of the officials, but

that there would be pressure to deal delicately with the

new Gabonese Government. Ali Bongo, he said, is close

personal friends with BEAC Governor Anzembe.

Institutionally, he predicted, these scandals will mean the

end of Gabon’s monopoly on the Governorship, which will now

rotate among the member states, and will lead to revisions to

internal

controls.

Comment: A Governance Lesson Learned

————————————

9. (C)

VERSION FRANÇAISE - TRADUCTION SOMMAIRE – GOOGLE
CONFIDENTIEL Section 01 de 02 YAOUNDE 000608

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 29/06/2019

TAGS: KCOR, EFIN, PREL, PGOV, ECON, CM

OBJET: (C) SOURCE DE LA BANQUE CENTRALE: « des GABONAIS volent 40 $ MILLIONS transférés vers  LA POLITIQUE FRANÇAISE « .

REF: 147 YAOUNDE

Classifiés par l’Agent politique Tad Brown pour des raisons de 1,4 b et d.

 

1. (C) Résumé.

Les hauts fonctionnaires du Gabon à la Banque des États d’Afrique Centrale (BEAC) se sont entendus pour détourner plus de 18,3 milliards de francs CFA (environ 36 millions $) de la réserve commune des six États de la Communauté économique d’Afrique centrale et monétaire (CEMAC) au cours des cinq dernières années, selon un contact important de l’ambassade à la banque. Autour du 12 juin et à l’occasion d’une rencontre avec Poloff, notre source, une personne âgée, ressortissant d’un des pays tiers, a déclaré que la BEAC a découvert le détourement lors des audits internes effectués à la suite des révélations … Philippe Andzembe le Président de la BEAC avait secrètement placé 500 millions d’euros à haut risque dans la banque française Société Générale (reftel).

Selon la source de l’ambassade, des leaders politiques de premier plan, y compris le président défunt Omar Bongo et son fils, ministre de la Défense et candidat à la présidence, Ali Bongo, ont bénéficié de la malversation. Selon la source, de hauts fonctionnaires du Gabon ont  utilisé le détournement pour leur propre enrichissement et, à la demande de Bongo, envoyé des fonds vers des partis politiques français, y compris vers le président français Nicolas Sarkozy. Fin de synthèse.

Une vérification révèle des problèmes plus profonds—————————

 

2. (C) Une autorité de la BEAC a demandé  à rencontrer Poloff le 12 Juin pour discuter « d’une question sensible que je veux que les États-Unis entendent de moi, avant qu’elle n’apparaisse dans les médias ». Rappelant les tensions politiques créées par la révélation selon laquelle le Président de la BEAC et gabonais Philippe Andzembe avait, en violation des règlements de la BEAC et à l’insu du conseil d’administration de la BEAC, placé 500 millions d’euros de dépôts BEAC dans un d’investissement à haut risque auprès de la banque française Société Générale (Reftel), l’autorité de la BEAC a déclaré que l’examen par conséquent des comptes de la BEAC avait révélé des méfaits encore plus larges et plus audacieux liés à une hiérarchie de fonctionnaires gabonais de la BEAC. (Note: En vertu de l’accord qui a créé BEAC en 1972 […] il a été décidé que, compte tenu de leur relative prédominance économique dans la région, le Cameroun serait l’hôte du siège de la BEAC, le Gabon aurait le pouvoir exclusif de nommer le gouverneur de la BEAC. Pour plus d’informations sur la politique pétrolière de la région concernée et de la BEAC voir reftel. note de fin.)

Une méthode facile pour cambrioler une banque————————–

 

3. (C) L’autorité a donné des explications sur  la BEAC versus Gabon

Le contrôle du président Omar Bongo sur la BEAC a été plus important que celui du gouverneur, du directeur de la comptabilité, du Vice-directeur de la comptabilité, des fonctionnaires supervisant les virements internationaux, et du comptable de la BEAC (succursale de Paris) qui ont tous été nommés par des ressortissants gabonais, proches de Bongo. Travaillant de concert, ces fonctionnaires (gabonais) ont pu subvertir des garanties de la  BEAC. Le comptable de Paris a été, jusque récemment, le gabonais Armand Brice Nzamba, qui est un ami intime d’Ali Bongo, selon un contact à la BEAC. L’autorité a déclaré que la BEAC a pris contact avec la « police financière » de Paris  qui enquêtait sur Nzamba jusqu’à ce qu’il se soit enfui de France dans l’année. Le Gabonais Maurice Moutsinga a été le directeur de la comptabilité au  Siège de la BEAC pendant 20 ans jusqu’à sa retraite en 2007.

4. (C) Le détournement déplacé à travers trois principales Chaînes, selon le responsable :

- Via les contrôles effectués au nom des fonctionnaires BEAC eux-mêmes, les enquêtes BEAC ont  découvert  18,3 milliards de francs CFA (36,6 millions de dollars) qui ont été détournés au nom des fonctionnaires gabonais. En conséquence, Nzamba a accumulé une fortune personnelle de plus de 1 milliards de francs CFA (2 millions de dollars) sur un salaire annuel d’environ 36.000 $;

- Des chèques ont été virés vers des entreprises. Les principaux bénéficiaires ont été Papieterie Classique Tour et 55 en France et Chaiab au Maroc;

- Des contrôles ont été effectués sur des politiciens gabonais, y compris les épouses de Léon Mebiame, qui était  Premier ministre du Gabon de 1975-1990.

Des politiciens français  ont -ils été bénéficiaires ?

——————————-

YAOUNDE 00000608 002 de 002

 

5. (C) Aux questions concernant les détournements de fonds par des fonctionnaires, l’autorité de la BEAC a répondu: «parfois ils les ont gardés pour eux-mêmes, parfois ils les ont virés vers des partis politiques français. « Quant à savoir qui a reçu les fonds, l’autorité a répondu, « les deux côtés, mais surtout la droite en particulier, y compris Chirac et Sarkozy. « L’autorité de la BEAC a déclaré : « Bongo a été  le président préféré de la France en  Afrique » , et  «c’est évident partout … » Il a dit que les  technocrates du Trésor français ont relativement encouragé les gouvernements francophones à être plus autonomes, mais que la Banque de France a continué d’exercer une influence démesurée.

 

Réaction des présidents de la CEMAC————————

 

6. (C) L’autorité de la BEAC a déclaré que les chefs d’Etat de la CEMAC ont naturellement été bouleversés d’apprendre les problèmes de gouvernance à la BEAC

Dans une réunion de Janvier 2009 avec Anzembe et la Société Générale, Biya a appelé au licenciement immédiat de Andzembe. Selon l’autorité, Biya a frappé du poing sur la table au cours d’une récente réunion avec ses homologues de la CEMAC et a demandé, en référence à sa propre campagne anti-corruption, « Vous ne lisez pas la presse? Nous jetons des gens comme ça en prison dans mon pays! Le président Équato-guinéen Obiang, longtemps frustré que son dépôts à la BEAC dépasse son influence dans l’institution, a été plus que « patient », appelant à des audits parce que, selon l’autorité de la BEAC, «il savait ce que les audits trouveraient [Concernant les malversations d'Andzembe] et qu’à la suite une pression pour instituer une présidence tournante entre les Etats membres serait inévitable.»

 

Vérification de Placement SG

——————————-

7. (C) Le comité de vérification comprend des représentants des six pays de la CEMAC et d’un représentant de la Trésor français. Les chefs d’État ont convenu de mener deux audits, un examen général des comptes internes et un enquête spécifique sur les placements non autorisés de fonds par Andzembe à la Société Générale. Selon l’autorité de la BEAC, les enquêteurs n’ont pas encore compris tous les détails du compte SG (dela BEAC).  «Même la SG nous dit qu’ils sont incapables de déterminer la structure de l’investissement fait par Anzembe ! » s’émerveillait-il. L’autorité  a supposé que la SG avait utilisé les fonds pour emmener la BEAC «à boucher le trou »  laissé par le scandale du trader Kerviel, mais que la crise financière s’est abattue sur la Société Générale et avalé les fonds de la BEAC.

 

Prison pour certains-Fin du monopole du Gabon

———————-

8. (C) L’autorité de la BEAC a déclaré que son propre gouvernement et d’autres chercheraient une peine d’emprisonnement pour certains des fonctionnaires, mais qu’il y aurait des pressions pour faire face délicatement au nouveau  Gouvernement gabonais. Ali Bongo, at-il dit, est un proche ami d’Anzembe le  gouverneur  de la  BEAC.

Sur le plan institutionnel, a t-il prédit, ce scandale se traduira par la fin du monopole du Gabon sur la gouvernance, qui va se faire par rotation entre les Etats membres, et conduire à des révisions des contrôles internes.

 

Commentaire: Une leçon de gouvernance apprise

————————————

9. (C) Cette histoire de corruption à grande échelle est regrettable, surtout venant comme elle le fait lors d’une crise économique qui a appauvri les ressources de la région, mais la vive réaction de Biya et Obiang suggère que le jeu déloyal du Gabon pourrait aboutir à une meilleure gestion – plus de transparence et d’autonomie – des ressources de la BEAC. Nous espérons que les dirigeants de la CEMAC retiendront de cette leçon, la nécessité de mieux gérer les ressources publiques et de trouver une solution aux excès et aux abus pour la BEAC et leurs institutions propres. Ce télégramme n’est pas en mesure d’évaluer la véracité des allégations selon lesquelles les politiciens français ont bénéficié des pertes de la BEAC mais c’est le type de comportement – que la France encourage et demande aux dirigeants corrompus dans la région – qui ont beaucoup à perdre dans l’opinion populaire si, comme l’autorité de la BEAC le prédit, des fuites sortaient dans  la presse. Fin commentaire.

GARVEY

Publié dans Economie-Politique

Commenter cet article