Zuma refuse de recevoir l’Ambassadeur de France venu faire du lobbying pour Ouattara - par « Dr ISSA Malick Coulibaly ("Gon") : Leader Naturel du Grand NORD »

Publié le par Munsa Nzinga Kandombe

 samedi 26 février 2011, 13:08

http://a1.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/182493_190282167679461_114795205228158_481835_99796_n.jpg

 

La publication du courrier* qui a trahi le mépris du Président français Nicolas Sarkozy vis-à-vis des autorités ivoiriennes et leur peuple, trouble le sommeil de l’expéditeur. Lui qui croyait agir en toute discrétion, se trouve au centre d’une honteuse affaire. Si bien que Nicolas Paul Stéphane Sarkozy de Nagy-Bosca cherche à réparer l’irréparable. Toute honte bue, le président français dépêche en ce moment, des émissaires français dans des capitales africaines, pour essayer de redorer le blason. Arguant que sa lettre à Youssouf Bakayoko (Cei), dans laquelle il lui enjoignait, à mots couverts, de prononcer les résultats de l’élection présidentielle du 28 novembre 2011, en Côte d’Ivoire, en faveur du candidat Alassane Dramane Ouattara, n’a jamais existée. Une manipulation française qui ne dit pas son nom. Mais le Président sud-africain Jacob Zuma à qui il a voulu faire avaler le gros mensonge, a refusé de recevoir l’Ambassadeur de France (en Afrique du Sud). Ce dernier avait été dépêché par son patron auprès du président sud-africain, pour remettre en cause « l'authenticité » de la lettre du Président français Nicolas Sarkozy à Youssouf Bakayoko.


Trop tard. Cette fameuse lettre qui a précipité la Côte d’Ivoire dans un conflit post-électoral a été déjà présentée à Sem Jacob Zuma ainsi qu’aux Présidents Jakaya Kikwete de la Tanzanie, Idriss Deby du Tchad et Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, par le Président Laurent Gbagbo de la Côte d’Ivoire, lors de leur mission du Panel de l’Ua à Abidjan. Il en sera de même partout où le fils chanceux de M. Nagybócsai Sárkozy Pál tentera de cacher le soleil avec la main.


A cette allure, il faut s’attendre que Sarkozy fasse le tour des Palais présidentiels des chefs d’Etat membres du Panel de l’Ua, dans la crise ivoirienne qu’il a créée de toutes pièces. Mais des humiliations successives l’attendent. Son système de lobbying prendra ainsi un coup dur dans sa volonté de nuire à un peuple qui ne demande que le respect de sa souveraineté. Et c’est tant mieux ainsi !

 

Frimo D.K

 

Source :  Le Temps

 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

*Sarkozy a fait pression sur Youssouf Bakayoko
directscoop | 22 février 2011 at 14:13 | URL : http://wp.me/p1fABI-r1

ABIDJAN – La presse ivoirienne s’est faite l’écho mardi d’un courrier du Président français Nicolas Sarkozy, adressé au Président de la Commission Electorale Indépendante le 1er décembre alors que ladite Commission peinait à donner les résultats provisoires du scrutin présidentiel du 28 novembre.

Dans cette lettre, Nicolas Sarkozy rassurait Youssouf Bakayoko de son soutien ainsi que de celui de « toute la communauté de l’Union européenne ». « Exhortant » Youssouf Bakayoko au prononcé des « résultats provisoires », le Chef de l’Etat français a, dans cette lettre, estimé « nécessaire que [son] ambassadeur soit informé de façon quasi automatique de la suite des évènements ».

Selon une source proche du panel des chefs d’Etat, ceux-ci seraient en possession dudit courrier. Ce document vient confirmer les accusations d’« ingérence » contre les autorités françaises. Le Président ivoirien avait déjà révélé le rôle des ambassadeurs français et américain dans « la mise en scène de la diffusion par Youssouf Bakayoko de résultats au QG de Ouattara ».

Depuis le 28 novembre, la France tente d’imposer sans succès l’opposant Alassane Ouattara, un «ami» de Sarkozy, malgré sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des présidentielles en Côte d’Ivoire.

 

Publié dans Economie-Politique

Commenter cet article