Origines de la circoncision-par Uhem Mesut

ORIGINES DE LA CIRCONCISON


Genèse, XVII:10-12 :« Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, et ta postérité après toi : que tous vos mâles soient circoncis.
Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l’alliance entre moi et vous.
Quand ils auront huit jours, tous vos mâles seront circoncis, de génération en génération.»

Genèse 17

Le nom d'Abram changé en celui d'Abraham
La circoncision instituée


Lorsque Abram fut âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, l'Éternel apparut à Abram, et lui dit: Je suis le Dieu tout puissant. Marche devant ma face, et sois intègre.

A quel age à t'il été alors circoncis lui ? Abraham prit Ismaël, son fils, tous ceux qui étaient nés dans sa maison et tous ceux qu'il avait acquis à prix d'argent, tous les mâles parmi les gens de la maison d'Abraham ; et il les circoncit ce même jour, selon l'ordre que Dieu lui avait donné.

Abraham était âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, lorsqu'il fut circoncis.

Ismaël, son fils, était âgé de treize ans lorsqu'il fut circoncis.

Ce même jour, Abraham fut circoncis, ainsi qu'Ismaël, son fils.

Et tous les gens de sa maison, nés dans sa maison, ou acquis à prix d'argent des étrangers, furent circoncis avec lui.17.11 Vous vous circoncirez; et ce sera un signe d'alliance entre moi et vous.

17.12 A l'âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu'il soit né dans la maison, ou qu'il soit acquis à prix d'argent de tout fils d'étranger, sans appartenir à ta race.

17.13 On devra circoncire celui qui est né dans la maison et celui qui est acquis à prix d'argent; et mon alliance sera dans votre chair une alliance perpétuelle.

17.14 Un mâle incirconcis, qui n'aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple: il aura violé mon alliance.


Dans la bible aussi a propos de la circoncision de Jésus :Luc (II:21) : « Et lorsque furent accomplis les huit jours pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom indiqué par l’ange avant sa conception. »

L'Islam reprend les deux religions précédentes donc tout ce qui est valable pour celles-ci est valable pour l'Islam.

La circoncision, coutume égyptienne, devient le signe d’alliance entre Yahvé et les Hébreux.

Les kemite méprisaient les étrangers non circoncis.(Pour Hérodote, les égyptiens et les éthiopiens, c’est à dire les nubio-soudanais, pratiquent la circoncision depuis l’origine. Ils font partie des deux premiers peuples à l’avoir pratiqué.


Les Hébreux et les Arabes ont pratiqué la circoncision bien longtemps après eux. Abraham, personnage mythique, était presque centenaire lorsqu’il fut circoncis) Pour les kémite, ces étrangers nordiques étaient des barbares.

Ce n’est qu’à partir du VIIe siècle av. J.-C. que les Grecs et autres rouges venant du Nord, les plus instruits, ont ambitionné de visiter Ta Meri pour y étudier les lois et les usages les plus remarquables. (Rouge est la couleur de la divinité maléfique Seth et c’est aussi le mot employé par les kémite pour désigner les gens clairs de peau) Néanmoins les kemite cachaient la plus grande partie de leur science à ces étrangers”

A Kemet, la circoncision reste d’actualité et de façon quasi-systématique pour tous les hommes, indépendamment de la bible. Ce qu’il faut en plus savoir, c’est que dans la bible, aucune explication n’est donnée par Dieu lorsqu’il exige que tous les hommes soient circoncis. Par contre l’explication venant de la cosmogonie kemite d’il y a 2600 ans av. JC est la suivante : le Dieu suprême qu’il appelèrent Ra, après avoir crée le verbe Ka, créa 2 humains à son image : Osiris (homme) et Isis (femme).

Puisqu’ils sont à son image, Dieu est à la fois homme et femme. A la naissance donc, chaque être humain a en lui le caractère masculin et féminin. La circoncision pour l’homme permet de séparer définitivement cet état de fait , l'homme portons l' androgynie physiquement de manière plus visible que la femme cette dernière portant autant un prépuce que l'homme mais chez elle cela est plus discret.Voilà l’explication que donnèrent nos ancêtres 2600 av. JC, soit 1150 ans avant les écrits officiels du Moise de la Bible.

L'excision  est une pratique exclusivement arabo-indo-européenne . L'islam l'a transmise aux populations kemite ayant été convertie à elle.

sources Africamaat avec quelque ajout de ma part.

Une histoire poreuse et un peu tronquée de la circoncision
19/04/2007


circoncision.1.jpg

 

 

 

 

 

Depuis l’année 2005 au plus tard les organisations internationales de santé publique comme l’OMS ont rendu publique la relative protection conférée par la circoncision dans le domaine très sensible de la transmission du Sida.

Résultats sur lesquels une communication nuancée et soignée devrait toutefois éviter les erreurs d’interprétation conduisant au retour des conduites sexuelles à risque.

L’ablation partielle ou totale du prépuce, la circoncision connaît un regain d’intérêt, sur les bases prophylactiques, médicales et hygiéniques selon les lieux de sa réappropriation.

Il s’agit là pourtant d’une vieille, antédiluvienne pratique humaine dont la restitution historienne suit la logique des grands faits de civilisation observés en toute antériorité à Ta Meri.


Il est frappant de constater que la plupart des analystes qui en réfèrent à l’histoire à défaut de l’origine de la circoncision reviennent irrémédiablement si ce n’est aux temps préhistoriques, à Kemet, tant cette civilisation négro-africaine en a laissé les traces indélébiles.

Des attestations hiéroglyphiques sur des tombeaux et l’art rupestre témoignant permettent de faire reculer cette pratique au moins à 2300 ans avant l’ère contemporaine au pays des Pharaons.

Les historiens s’accordent pour la voir pratiquée sur des adolescents, sans trancher définitivement sur le sens que ces sociétés lui conféraient.

Toutefois, il semble qu’elle ait été d’abord probablement réservée aux prêtres, représentant une espèce de rite initiatique.


Pour Hérodote qui en attribue la paternité aux Egyptiens, elle aurait des justifications hygiéniques.

Sur les traces historiques de la circoncision partie (connue avec certitude) apparemment de Ta Meri, aussi longtemps que l’on remonte dans le temps, la plupart des historiens et analystes abordent ensuite le judaïsme puis l’islam comme cadres religieux de cette pratique répandue dans le monde sous l’effet des facteurs de diffusion sus cités.


Ce serait au premier des Hébreux que les Juifs devraient la circoncision. Abraham devait en être l’inaugurateur, suivant les prescriptions divines et marquant son alliance, celle de son peuple, avec son Dieu.

En terres d’Islam, le fait que la circoncision soit liée à la religion est patent. Mais qu’elle provienne directement du Coran est moins évident.

Elle serait davantage un legs préislamique, tiré de certains Hadiths -actes du prophète Mohammed-, et enracinée dans la coutume par l’usage, la pression sociale, religieuse. A la différence du judaïsme où elle se fait le 8ème jour après la naissance du petit garçon, dans les sociétés islamiques elle se pratique à partir du 7ème et jusqu’à 13 ans à peu près.

Le christianisme, tout en reconnaissant la circoncision judaïque de Jésus n’a jamais vraiment intégré cette pratique pour tous ses fidèles, malgré des tentatives réitérées comme en Angleterre. Il y a des exceptions pourtant.

A ces origines assez consensuelles sur Ta Meri et … l’Orient, plus globalement Kemet semble n’intervenir que dans les sociétés contemporaines, soit par l’entrée de l‘«animisme» soit par celle de la «tradition» ou de la «coutume» pour lesquels la circoncision revêt un caractère de rite initiatique, de passage à l’age adulte.


Le profond enracinement, même inégalement partagé, la répartition spatiale, les taux de circoncision atteignant et dépassant les 80% dans bien des régions ne laissent supposer un berceau, une antériorité.

Le fait que certains pays, à l’instar du Swaziland ne reproduisent plus que rarement la circoncision devrait inciter à comprendre les exceptions en confortant le bassin continental d’une pratique entièrement immergée à Kemet.

En effet, historiquement les Swazis relatent que c’est au XIXè siècle qu’un roi interdit cette pratique parce que le temps de la guérison, de la cicatrisation qu’elle requérait, était trop long et immobilisait les guerriers !


Le cas des coptes chrétiens de Ta meri et Ethiopie est également intéressant puisque ce sont quasiment les seuls chrétiens qui pratiquent systématiquement la circoncision depuis des temps immémoriaux, et ce sont des kémite.

Faute de remettre à sa place dans l’histoire de Ta Meri , qui dispose aussi de matériaux historiographiques comme l’art rupestre dogon renseignant sur l’histoire de la circoncision, les historiens s’exposent au risque de l’absence de continuité spatiale et même temporelle d’une pratique qui s’est perpétuée depuis la préhistoire.

Des vertus nouvelles ayant été découvertes, prophylactiques, hygiéniques particulièrement appréciées aux USA qui comptaient dans les années 70 près de 80% de circoncis parmi les nouveaux-nés, et qui ont entraîné leurs zones géopolitiques d’influence comme les Philippines [à partir du substrat de la culture préhispanique], la pratique perdrait de plus en plus de son essence kémite.



Extrait d'un film tourné à Madagascar sur la circoncision. Portrait de deux garçons qui vont être circoncis. A regarder avec des “lunettes d'ethnologues” et un esprit ouvert car il n'est pas évident de ne pas être ethnocentrique et de tout ramener à sa propre culture. Juger sans connaître l'Autre. Cette pratique est amenée à disparaître à cause de la poussée forte de l'occidentalisation du monde. 

par nante9
par Gayrard
par mbourake

Dans son ouvrage Le fabuleux héritage de l'Égypte (publié chez Télémaque), C. Desroche-Noblecourt conclut que la culture occidentale n'est pas judéo-chrétienne, mais bien kem'to-chrétienne.

Le legs juif à la culture occidentale est d'origine Kem'to-antique. Selon son inventaire, l'Occident doit à Kem't antique entre autres le calendrier solaire , la notion de l'année (12 mois), quelques découvertes médicales (test de la grossesse, traitement de la cataracte, médecine cardiologique, des yeux, des voies intestinales et urinaires ), l'alphabet (en particulier, le principe de l'acrophonie des hiéroglyphes), les signes de l'écriture, la sagesse, la chimie, la religion, etc.


Hérodote nous apprend que la circoncision appartient aux habitant de Ta Meri et Éthiopiens ou Nubiens. En effet, dans la civilisation assyro-babylonienne, on ne trouve pas de traces de circoncision.

Celle-ci s’est répandue dans le “monde méditerranéen” et chez les Arabes et les Juifs (”Syriens de la Palestine” d’Hérodote ; Flavius Josèphe cite également ce passage d’Hérodote : voir Contre Apion, I, 22) par Ta Meri, où elle se présente comme un trait culturel antique, identifiable dès les origines mêmes de la civilisation de Ta meri (au Néolithique : présence d’étuis péniens), et permanent à travers toute l’histoire de la civilisation de la vallée du Nil

l’excision n'a jamais  été pratiquée à kemet et si les leuco veulent à tout prix y trouver une trace alors que  aucune des momies retrouvées porte les traces de cet acte  c'est tout simplement parce que les leuco recherchent quelque chose dans un espace donnée sans tenir compte du paradigme de ce lieu.

Nous allons apporter un éclaircissement sur ce sujet.

pratiquée à l’époque Thinite, mais plus à partir du Nouvel Empire il ne s'agit pas pour la circoncision  d'une question d’hygiène même si cela fait partie d'un des avantages du dit rite. la cause principale est à rechercher dans la cosmogonie et la spiritualité kemite.


La spritualité kemite est fondamentalement monothéiste. Dieu, le Créateur, le Seigneur des Esprits, l’Etre suprême, est éternel. Il s’est manifesté seul et par lui-même, et a créer le monde. « Le Dieu des kemite est inaccessible aux langages humains : c’est un Dieu qu’on n’adore qu’en silence » Quand les missionnaires ont essayé de traduire le nom de Dieu en langue européenne, ce nom a perdu le sens de la grandeur  que les Africains lui attribuent.

Et cela est valable également pour pour des rites iniatiques que les lecos ont intégrer à leur réligion; pâle copie de la spiritualité kemite.

Dans les chapitres consacrés au ” débat religieux ” les bases religieuses de la circoncision, dans le judaïsme comme dans l’islam, sont mal assurées. Hormis Le baptême chrétien qui a, en effet, relégué la circoncision aux oubliettes, les Israélites n’ont pas toujours pratiqué la Circoncision Masculine et que celle-ci va à l’encontre de divers passages bibliques, par exemple ceux voulant qu’il soit interdit de se tatouer ou scarifier.

La circoncision a été empruntée aux Kemite plutôt qu’ordonnée par Yahvé. Les rabbins, qui ” dominaient le système communautaire “, l'ont imposée, ” même par la force ” . Pour ce qui est de l’islam, le Coran est muet sur la Circoncision , dont ce livre saint fait l’éloge de la création divine, que l’on n’est pas sûr que le Prophète ait été circoncis , que la Circoncision  est un rite tout à fait profane (ce qui n’est pas le cas chez les juifs), que, selon certains récits du Prophète, les hommes retrouvent leur prépuce au paradis, etc.

Les musulmans ont emprunté la pratique aux juifs qui eux-l'ont emprunté aux Kemite et qu’elle a été rendue obligatoire qu'à partir de l’époque dite classique.Les musulmans ont hérité des juifs la croyance que Dieu a dictée les normes selon lesquelles l'humanité doit se conduire.Les origines de la circoncision , se perdent dans l’antiquité Kemite.

En effet, c’est au pays des phara et, plus largement sans doute, dans tout le nord-est de kemet que ces pratiques sont répandues depuis les temps les plus reculés. Les Israélites ont vraisemblablement assimilé la Circoncision  durant leur séjour dans la vallée du Nil. Revenus en Palestine, ils se sont démarqués des peuples voisins, restés incirconcis.

D’où l’importance cruciale de la circoncision pour l’identité juive mais une identité lié à une pseudo alliance avec Yavhé.

Dieux a une double nature : masculine et féminine. Chez les Humains, le rite initiatique consiste précisément à éliminer la particule gênante : le prépuce, qui chez l'homme comme chez la femme vient  récouvrir le gland  du pénis et du clitoris. Mais chez l'homme la visibilité étant plus prononcée la circoncision est donc révélatrice en ce sens qu'elle révèle à l'homme  qui il est au-delà de l'humanité qui le lie à la femme.

Les hommes non circoncis  symboliquement n'appartiennent à aucun des deux sexes. Le prépuce est la partie imparfaite qui demeure en eux . C'est la raison pour laquelle un non circoncis s'ignore symboliquement et donc peut très bien rechercher un partenaire de même sexe mais j'ai dit peut. Un circoncis (personne dont le prépuce a été retiré)dans le respect du rituel ne peut s'adonner à l'homosexualité.

 un homme non circoncis recherche en lui sa part féminine.A la naissance le rite initiatique qu'est  la circoncision   nous oriente radicalement vers l'autre (le femme). Le circoncis cherche hors de lui non pas sa part de feminité mais la part de féminité que possède la femme,  Cet acte qu'est la circoncision tranche sans jeux de mots sur le doute.

l'individu non circoncis ou circoncis de manière aliénée ne tendent pas forcement vers l'individu de même sexe mais peuvent y tendre La circoncision en tant qu'acte initie la reconnaissance de soi entant qu'individu de sexe opposé et donc la considération de l'autre comme être mais de sexe opposé.

On ne peut-être selon moi attiré par son semblable que parceque l'on s'ignore. La femme n'est pas sujet à cette confusion car son androgynie est discrète et le fait d'enfanter lui confirme son carractère.

Si l'on croit que le physique peut agir sur le psychisme (ensemble, conscient ou inconscient, considéré dans sa totalité ou partiellement, des phénomènes, des processus relevant de l'esprit, de l'intelligence et de l'affectivité et constituant la vie psychique.Qui n'est pas somatique,et qui est attaché au corps mais jusqu'à quelle limite….?)alors l'on comprendras donc le rôle de la circoncision .

Un kem circoncié  dans la pure tradition avec le rituelle iniatique qui l'acccompagne prend par le biais de cet acte connaissance de lui en tant quindividu possédant un sexe déterminé.tout homme même circoncié sans le rituelle initiatique peut se tromper, se méconnaitre et s'attâcher à celui qui lui ai semblable.
La circoncision consiste à retirer en l'homme non pas la part de féminité mais la part imparfaite qu'il y'a en lui à savoir le prépuce qui masque la vrai nature sexuelle de l'individu.

Le Judaïsme et l'Islam ont emprunté à Kemet des rites qu'ils n'avaient pas compris et les ont reproduit avec leur paradigme. D'où l'excision.


Quatre types d’excision sont recensés aujourd’hui sans qu’on puisse attribuer à chacun une signification particulière. Le premier (moins de 5% des cas) et le plus léger consiste en

une simple ablation du clitoris, le second (80% des cas) excise également les lèvres internes, alors que le troisième et le plus radical, appelé infibulation (15% des cas), enlève tous les organes génitaux externes et coud l’orifice vaginal en ne laissant qu’une minuscule ouverture. Enfin le

quatrième type regroupe toutes les autres pratiques depuis l’étirement, le grattage, le perçage du clitoris ou des lèvres jusqu’à l’introduction dans le vagin de substances corrosives ou de plantes.

Aucune de toutes ces pratiques ne correspond à celle que pratiquaient les kemite, qui ne retiraient que le prépuce et uniquement chez l'homme.

Nos société étaient de type matriarcale tandis que les juifs et les musulmans sont de type patriarcale.

Et ceci va déterminé l'aliénation du rite emprunté aux kemite.

à suivre……….


Le fait que même les groupes  kémite de petite taille, couramment appelés BAKA soient circoncis, et que l’on ne doute pas de leur primo arrivée en forêt ne change pas les habitudes de voir kemet exclue a priori du fait d'êtrel'initiatrice de certaines traditions . La circoncision pourrait devenir un terrain d’application de cette vérité … scientifique.

par Ben-Yehuda


Taux de protection de 60 % :

Les deux essais américains lancés en 2005 qui viennent d'être arrêtés se sont déroulés, l'un au Kenya chez 2 784 hommes de 18 à 24 ans et l'autre en Ouganda chez 4 996 hommes de 15 à 49 ans. Les modalités étaient similaires : des volontaires ont été divisés en deux groupes après tirage au sort, les premiers se faisant médicalement circoncire, les autres non, tous bénéficiant de conseils et de préservatifs pour éviter d'être contaminés.

L'idée d'un effet protecteur est d'abord venue de l'observation que dans les pays d'Afrique subsaharienne où les hommes étaient majoritairement circoncis, le taux d'infection par le VIH était moindre que dans ceux où ils ne l'étaient pas.


La première étude comparative solide a été menée entre 2002 et 2005 par le chercheur français Bertrand Auvert, de l'unité 688 de l'Inserm, sous l'égide de l'ANRS. Les résultats rendus publics l'an dernier ont montré à Orange Farm en Afrique du Sud sur 3 274 hommes de 18 à 24 ans divisés en deux groupes, la moitié circoncis au début de l'enquête et l'autre non, que 18 hommes circoncis s'étaient contaminés en trois ans contre 51 pour les autres. Soit un taux de protection de l'ordre de 60 %.

Une avancée « majeure »


Pourquoi la circoncision aurait un effet préventif ? Plusieurs hypothèses sont proposées : soit le prépuce contient beaucoup de cellules cibles du virus ; soit il permet au virus de survivre plus longtemps du fait des replis, soit enfin, la circoncision permet d'éviter certaines infections génitales comme l'herpès ou la syphilis qui facilite la pénétration du virus du sida.

En juillet dernier, une simulation publiée dans la revue Plos Medicine calculait que la circoncision systématique pourrait empêcher en Afrique six millions de contaminations nouvelles dans les vingt prochaines années, dont deux millions d'ici à dix ans.

Akam Akamayong

Trois études publiées mercredi 17/12/2008 viennent étayer la thèse selon laquelle la circoncision peut protéger les hommes de l'infection par le VIH ainsi que par le virus sexuellement transmissible qui provoque le cancer du col de l'utérus.

 

LA CIRCONCISION PROTÉGERAIT DU VIH ET DU VIRUS RESPONSABLE DU CANCER DU COL DE L'UTÉRUS 

Ces conclusions, parues dans le Journal of Infectious Diseases, sont de nature à alimenter le débat sur l'opportunité, pour les hommes de certaines régions du monde, de se faire circoncire pour protéger leur santé ainsi que, peut-être, celle de leurs partenaires sexuels futurs.

Le docteur Bertrand Auvert, de l'Université de Versailles, et certains de ses collègues d'Afrique du Sud ont testé plus de 1.200 hommes fréquentant une clinique sud-africaine.

“Ces conclusions expliquent pourquoi les femmes ayant des partenaires circoncis sont moins exposées que les autres femmes au risque de cancer du col de l'utérus”, écrivent-ils dans la revue médicale.

Les deux autres études ont été réalisées par des chercheurs américains et portaient plus précisément sur la protection vis-à-vis du virus du sida.

source http://fr.news.yahoo.com/sante.html